fan d'éric close

pour les fans d'éric.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Fic - Illusion [Complète]

Aller en bas 
AuteurMessage
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:12

Appartement de Rafael Alvarez - 17h00:

Danny arriva devant la porte. Il frappa. Son frère, Raphaël, vint ouvrir.

RAFAEL: Danny ! Ca va ?
DANNY: Salut ! Ouais ! J'ai quelque chose pour Nicky ! Je peux ?
RAFAEL: Bien sûr ! Entre !

Danny passa la porte et entra dans le salon. Sylvia et Nicky étaient assis sur le canapé. Le petit garçon releva la tête.

NICKY: Salut !
DANNY (en prenant Nicky dans ses bras): Salut mon grand ! Salut Sylvia !
SYLVIA (surprise): Danny ! Ca va ?
DANNY: Ouais !
SYLVIA (en faisant un clin d'oeil à Danny): Qu'est-ce qui t'amène ?
DANNY: Hum...Il me semble qu'il y a quelque chose en rapport avec Nicky aujourd'hui !
SYLVIA: C'est vrai ça !
DANNY (en fouillant dans la poche intérieure de son manteau): Bon anniversaire ! J'ai quelque chose là dedans pour toi.
NICKY (en arrachant l'enveloppe des mains de son oncle): Qu'est-ce que c'est ?
DANNY (en jetant un coup d'oeil aux réactions de Raphaël et Sylvia): Des places...
NICKY (en trépignant d'impatience): Des places de quoi ? Dis !
DANNY (en regardant toujours les réactions de Raphaël et Sylvia): Ah ah ! Si tu veux savoir tu viens avec moi maintenant ! Il peut ou pas ?
RAFAEL: Bien sûr qu'il peut ! Tant qu'il est pas tout seul !
DANNY: T'inquiète pas, je le lâcherai pas d'une semelle !
SYLVIA: Ok alors ! Allez-y !
DANNY (en s'adressant à son neveu): Aller, vas chercher ton blouson !

Nicky se leva d'un bon et partit en courant dans sa chambre. Il revint quelques secondes après.

DANNY (en souriant): Woh ! Speedy Gonzalez ! Doucement !

Il attrapa la main de son neveu et il partirent tous les deux dans la voiture de Danny.

Rues de New-York - 17h30:

La voiture de Danny avançait dans les rues de New-York. Danny était anxieux: une voiture les suivait depuis leur départ et il ne faisait que de regarder dans son rétroviseur. Il se gara. La voiture continua un peu plus loin et se gara aussi. Nicky et Danny descendirent et avancèrent dans la rue, malheureusement dans la direction où le véhicule s'était garé. Danny attrapa la main de son neveu et la serra fort en passant devant le 4x4. Ils passèrent: pas de problèmes. Danny se soulagea quelque peu et relâcha la pression sur la main du petit garçon. Des portières s'ouvrirent et trois hommes bondirent sur Danny et Nicky: la rue était trop étroite et trop sombre pour qu'on puisse voir leurs visages, même sans cagoules. L'un d'entre eux se précipita sur l'enfant, le souleva d'un geste et l'emmena en vitesse dans le coffre du 4x4. Danny, de son côté, ne pouvait rien faire: les deux autres individus s'étaient jetés sur lui, l'avaient plaqué au sol et le maîtrisaient. L'homme qui avait emmené Nicky fit signe aux deux autres. L'un des deux donna un violent coup de poing dans la figure de Danny, ce qui suffit pour le sonner quelques instants. Le 4x4 démarra et s'éloigna en vitesse. Quelques
minutes plus tard, Danny recouvra ses esprits: il se retrouvait seul au milieu de la rue. Il se releva et hurla le prénom de son neveu, en vain. Il passa sa main sur sa tempe et sous son nez: du sang coulait sous chacune des ces deux parties de son visage. Il appela en catastrophe le bureau et, quelques secondes après ce premier appel, les parents du petit garçon.

Locaux du FBI - 17h45 - Disparu depuis 15 minutes:

Danny attendait dans le couloir. Jack déboula de son bureau et se dirigea d'un pas ferme vers son employé.

JACK: Danny ! Suis-moi !
DANNY (sèchement et en s'éloignant): J'ai compris, pas besoin de faire un dessin !
JACK (à part): Bon sang !

Danny partit vers l'ascenseur: il y croisa son frère et sa belle-soeur. Danny s'expliqua rapidement, prit l'ascenseur et descendit en salle d'interrogatoire. Samantha sortit de la salle de debriefing et se dirigea vers son patron.

SAM: Alors ?
JACK: Il réagit mal.
SAM: Je m'en doute ! Tu veux que j'aille en bas avec Danny ou que je reste avec les parents ?
JACK: Reste-là. J'irai avec lui.
SAM (soupir): Ok !

Samantha se dirigea vers Rafael et Sylvia et les emmena dans des bureaux séparés. Jack, lui, prit la même direction que Danny. Martin et Vivian arrivèrent quelques minutes plus tard et rejoignirent Samantha.

MARTIN: Qu'est-ce qu'on a ?
SAM (soupir): Si tu veux la réponse la plus précise qui soit, tu demandes à Danny ! Mais t'auras du mal à la lui poser !
VIVIAN (en s'éloignant): Je crois que je viens de comprendre. Si vous me cherchez, je suis avec Elena.
MARTIN: Et moi tu peux m'expliquer ?
SAM: T'es pas malin ! Nicky a disparu et il était avec Danny quand ça s'est passé !
MARTIN: Bien sûr ! Et ça a mal tourné !
SAM: Exact. Danny s'est fait un peu amoché mais pas trop encore ! Il a dû faire pire...
MARTIN: Il sait au moins ce qui s'est passé ?
SAM: Je crois, c'est pas moi qui l'interroge, c'est Jack. On va aller voir comment procèdent Viv' et Elena. Si il y en a une avec Sylvia et l'autre avec Rafael, tu pourras descendre, moi je resterai là et je ferai la paperasse mais tu traîneras pas. Sinon, tu viens avec moi et on ira interroger celui qui restera tout seul.
MARTIN: Ok !

Les deux agents partirent dans la direction des bureaux. Ils passèrent devant le premier: Vivian était seule devant Rafael. Ils allèrent plus loin pour vérifier: Elena discutait avec Sylvia. Martin regarda sa collègue et descendit. Samantha, quant à elle, se dirigea vers son bureau.
En bas, Danny était rentré dans la salle depuis cinq minutes. Il tournait comme un lion en cage. De temps à autre, il s'asseyait mais se relevait immédiatement et se remettait à tourner dans la pièce. A un moment, il s'appuya contre le mur, se retourna et frappa violemment dans la chaise. Il se ressaisit et remit l'objet à sa place. Du dehors, Jack l'observait: dans les couloirs à l'étage, Danny avait encore du sang sur son visage. Maintenant, il n'en avait plus: il avait dû l'essuyer en passant aux toilettes avant d'entrer dans la salle d'interrogatoire. Martin surprit son patron en arrivant.

JACK: Qu'est-ce que tu fais là ?
MARTIN: Bonjour déjà ! Ben, je suis venu voir comment ça se passait !
JACK: Eh bien, comme tu peux le voir, il se calme pas, donc j'attends.
MARTIN: Tu veux que je rentre à ta place ?
JACK: Je t'appellerai si j'ai besoin de toi !
MARTIN (en remontant dans l'escalier): Ok ok !
JACK: Attends ! Qu'est-ce qui se passe en haut ?
MARTIN (en redescendant les marches): Viv' et Elena interrogent les parents séparément, Sam' est partie faire la paperasse et moi je suis venu là juste pour savoir si t'avais du nouveau mais bon...
JACK: Ok, bipe Sam' et dis-lui que...Non laisse tomber, prend ma place. Je monte et je reviens dans dix minutes.
MARTIN (en s'approchant de la porte): Ok !

Jack remonta.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:13

Martin commença d'appuyer sur la poignée mais se ravisa: Danny recommençait de s'énerver. Martin regarda par la vitre. Danny s'assit d'un coup et ne bougea plus. Martin en profita pour entrer.

DANNY (sèchement et en se relevant): C'est pas trop tôt !
MARTIN: Désolé !
DANNY (sèchement): Ca fait vingt minutes que je tourne !
MARTIN: Ah ça j'en sais rien.
DANNY (sèchement): Je croyais que c'était Jack qui devait venir !
MARTIN: Il est monté pour voir ce qui se passait en haut et il m'a dit de venir.
DANNY: Ouais.
MARTIN (en s'asseyant): Bon, assieds-toi et on va commencé.
DANNY: J'suis bien comme ça !
MARTIN (sur un ton autoritaire): Assieds-toi !
DANNY: Martin insiste pas ok ?
MARTIN (sur un ton autoritaire et en jetant un regard noir à Danny): Assieds-toi je te le répèterai pas c'est clair ?

Danny obéit à contre coeur: au départ, il voulait mettre Martin à bout de nerfs pour qu'il le laisse seul. Mais il savait très bien que Martin ne plaisantait pas et que si il ne s'était pas assis, cela aurait mal tourné. Martin observa longuement le visage de son ami: seuls l'oeil au beurre noir et les quelques égratignures témoignaient des coups qu'il avait pus prendre.

MARTIN: Alors, qu'est-ce qui s'est passé ?
DANNY: Trois types sont descendus, m'ont frappé comme tu peux le voir et ont enlevé Nicky.
MARTIN: Je parlais en détails !
DANNY: Détails ? Hum, ils ont parlé en espagnol je crois.
MARTIN: Et les visages ?
DANNY: C'était trop étroit et puis c'est allé tellement vite !

Danny posa sa tête dans ses mains: il pleurait. Martin l'avait entendu mais Danny préfèrait qu'on ne voit pas sa détresse. Martin se leva et passa à côté de son ami.

DANNY (en pleurant et en se cachant): C'est ma faute ! Si j'avais pas acheté ces fichues places !
MARTIN: Arrête ! Tu y es pour rien ! Si çà se trouve, ça se serait pas passer maintenant mais plus tard ! C'est pas à cause de toi !
DANNY (en pleurant, en se levant et en jetant un regard noir à Martin): Me cherche pas d'excuses ! Ok ? Je sais très bien que...

Jack entra à cet instant. Danny arrêta sa phrase et recacha son visage en se tournant contre le mur.

JACK: Euh...Danny, je vais te demander ton arme.
DANNY: Ah oui je l'ai pas comme j'étais pas en service. Elle m'aurait servi !
JACK: Bon, Martin tu peux y aller. Sam' a besoin d'un coup de main.
MARTIN (en regardant Danny avec pitié): Ok.

Martin sortit.

JACK: Bon, où est ton arme ?
DANNY: Chez moi.
JACK: Danny regarde-moi.
DANNY (en relevant son visage): Pourquoi tu tiens tant à me voir en face !?
JACK: Retourne-toi !
DANNY (en obéissant): C'est bon, tu me vois !
JACK: Je veux que tu viennes avec moi chez toi pour récupérer ton arme.
DANNY: Bien sûr. Y'a pas de problèmes, et mes voisins vont prendre peur déjà qu'ils peuvent pas m'encadrer !
JACK: Danny !
DANNY: Quoi ?
JACK (en s'avançant vers son agent): Viens. On s'expliquera chez toi.
DANNY: Comme tu veux.

Danny passa à côté de son patron sans lui jeter un regard. Jack le suivit, ferma la porte et le rattrapa.

JACK (en passant devant Danny): Attends !
DANNY (agacé): Quoi encore ?
JACK: Je crois que tu vas même pas revenir ici si tu continues et je remettrai à plus tard ton interrogatoire ! C'est ce que tu veux ?
DANNY: Tu veux que je te dise, oui c'est ce que je veux.
JACK: Bon. Je récupère ton arme et je pars ok ? Donc on prend ma voiture.

Danny soupira mais ne rechigna pas. Il suivit son patron jusqu'au parking et monta dans la voiture.

Appartement de Danny Taylor - 18h00 - Disparu depuis 30 minutes:

Danny ouvrit sa porte et entra. Il partit directement dans sa chambre où il avait rangé son arme de service. Il la donna à Jack. Quelques minutes plus tard, ce dernier était parti et Danny était seul. Il prit son téléphone: il voulait appeler un de ses anciens amis pour se procurer une arme mais il se ravisa. Il reposa son portable et partit dans la salle de bains. Il y observa les marques qu'il gardait sur son visage. Il recommença de s'énerver. Il marchait en long, en large et en travers dans son appartement. Au bout d'un moment, il s'arrêta et attrapa une photo de son neveu. Il s'était décidé: il mènerait une enquête parallèle et ferait tout pour le retrouver, même se sacrifier. Il attendit une demie-heure et appela Samantha.

Locaux du FBI - 18h45 - Disparu depuis 1h15:

Jack était sortit de son bureau après l'appel de Danny à Samantha. Il observait ses collègues qui interrogeaient Sylvia et Raphaël. Elena sortit de la pièce et le rejoignit.

ELENA: Ca se passe comment avec Danny ?
JACK: Ca se passe pas du tout. Enfin ça va se passer, il devrait bientôt arriver. Sam' est allée le chercher.
ELENA: Ok. Bon à part ça ?
JACK: Rien. Et de ton côté ?
ELENA: J'ai peut-être une piste. Il faudrait qu'on épluche les relevés de cette semaine.
JACK: D'accord. Fais une pause et dis ça à Martin.
ELENA: Ok ! Bon courage.

Sur ce, Elena s'éloigna vers la salle de debriefing. Jack, de son côté, retourna dans son bureau et attendit l'arrivée de Danny et Samantha. Une dizaine de minutes plus tard, ils arrivèrent. Samantha laissa Danny aller dans le bureau de son patron et elle se dirigea vers son bureau. Danny passa la porte et s'assit en face de Jack.

JACK: Bon, c'est bon ? On peut partir dans les questions ?
DANNY: Oui, c'est...

Vivian l'interrompit en ouvrant la porte.

VIVIAN: Jack tu peux venir ?
JACK: J'arrive.

Il se leva, sortit dans le couloir et suivit sa collègue. Danny était désormais seul dans la pièce. Il passa de l'autre côté du bureau et fouilla dans les tiroirs: il y trouva son revolver. Il le prit et regarda autour. "Je peux pas faire ça." pensa-t-il en observant son pistolet. Il se ravisa et le reposa dans le tiroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:14

Il se rassit à sa place et attendit. Jack rentra dans la pièce et resta debout devant la porte.

JACK: Tu viens ?
DANNY: Ok.

Danny obéit et partit dans le couloir. Il jeta un regard à ses collègues qui étaient le nez dans les papiers, sauf Vivian qui restait plantée dans le couloir. Jack fit un signe de tête à Danny pour qu'il parte en avance, puis il se tourna vers Vivian.

JACK: Explique-moi plus clairement s'te plaît.
VIVIAN: Bon, je répète plus lentement. Il faudrait qu'on sache qui est...qui est...Esteban Sanchez.
JACK: Bon, tu regardes dans les dossiers et moi je vais demander à Danny si il le connaît. Mais pourquoi au juste ?
VIVIAN: Il a harcelé Rafael au...
JACK (pensif): Au téléphone, d'où ce qu'Elena m'a dit. Et ça il y a une semaine ?
VIVIAN: Exact.
JACK: Bon eh ben on a une piste, je vais voir ce que je peux avoir de nouveau avec Danny.

Jack s'éloigna. Vivian partit dans la salle de debriefing.

VIVIAN: Salut. Quoi de neuf ?
MARTIN (en regardant les relevés téléphoniques): La moitié de dix-huit.
VIVIAN: Donc rien pour l'instant.
SAM: Exact.
ELENA: Et toi ?
VIVIAN: Un nom. Viens avec moi et on va regarder dans les dossiers si on a eu un Esteban Sanchez.
ELENA: Ok.
MARTIN: Quand vous aurez le dossier, si on l'a, vous pourrez me filer l'adresse ? Et on ira jeter un coup d'oeil.
VIVIAN: Ok.

En bas, Jack et Danny discutaient.

JACK (hésitant): Bon Danny, je sais que ça va être un peu dur pour toi mais...J'ai besoin que tu repenses aux circonstances de l'enlèvement, aux détails...
DANNY: Tout ce que je me rappelle c'est trois types qui parlent en espagnol, plutôt grands et un 4x4 noir ou gris foncé.
JACK (en prenant des notes): D'accord et ces hommes, tu connais leur voix ?
DANNY: Non...Enfin, je crois que j'en connais une mais te dire qui c'est.
JACK: Ok, elle était plutôt grave, rauque ?
DANNY: Grave, et avec un gros accent espagnol.
JACK: D'accord, et tu connaîtrais pas, par hasard, un Esteban Sanchez ?
DANNY (gêné): Ce nom me dis quelque chose en effet...
JACK: Danny, tu le connais oui ou non ?
DANNY: Oui je le connais mais...
JACK: Mais quoi ?
DANNY: Mais je crois qu'il est en tôle maintenant ! Ou alors si il y est pas, il...

Danny ne finit pas sa phrase. Il songea aux raisons qui avaient conduit à la prison Esteban: il l'avait très bien connu et il savait que l'homme avait participé à des rafts d'enfants. Mais pour quelle raison s'en serait-il pris à Nicky ?

JACK: Danny ? Danny ?
DANNY (hésitant): Ce type, Esteban, je le connais, il a participé à des rafts de gamins mais, il a aucunes raisons pour avoir enlevé Nicky.
JACK: T'en es vraiment sûr ?
DANNY: Oui.

Jack prit quelques notes.

JACK: Et tu l'as connu comment ?
DANNY: Ben, c'est un pote à Raphaël.
JACK: Comment t'as su qu'il était en tôle ?
DANNY: Mon frère m'a un peu expliqué.
JACK: Ok. Bon je crois que c'est bon. Tu restes à notre...
DANNY: Disposition, je sais. Vous savez où me joindre non ?

Jack sourit. Les deux hommes sortirent de la salle et remontèrent dans les locaux. Jack s'avança vers ses collègues. Danny se dirigea vers Elena.

DANNY: Salut, vous en êtes où ?
ELENA: On en est...Désolée.
DANNY: Aller ! Juste me dire si vous avez une piste !
ELENA: Non désolée.
MARTIN (en s'approchant d'eux): Danny, qu'est-ce que tu fais là ?
DANNY (en s'éloignant): Euh, rien, j'allais y aller.

Il s'éloigna dans le couloir et disparut dans l'ascenseur.

MARTIN: Alors t'en es où avec Esteban ?
ELENA: J'ai une adresse mais, vu qu'il a fait de la tôle.
MARTIN: Il est sortit ?
ELENA (en regardant sur son écran): Ouais, depuis...Une semaine.
MARTIN: Il avait fini sa peine ?
ELENA (en regardant son écran): Non, bonne conduite.
MARTIN: Bon, on verra sûrement ça demain. Ca m'étonnerait qu'on obtienne la permission.
ELENA: C'est clair. On peut toujours tenter le coup.

Elle se leva et se dirigea vers Jack.

ELENA: Salut, tu pourrais nous obtenir un mendat pour aller à l'ancien appart' de Sanchez ?
JACK: Pour ce soir, non. Mais pour demain matin, oui.
ELENA: Ok. Tu penses mettre qui sur le coup ?
JACK: Aucune idée. Pourquoi ?
ELENA: Juste comme ça.
JACK: Bon. Rentre chez toi.
ELENA: Non !
JACK: Et ta fille ?
ELENA: Je l'emmènerai chez ma mère !
JACK: C'est un ordre, rentre chez toi !
ELENA: Ok ok.

Elena obéit. Elle récupéra son manteau et partit dans le couloir.

Appartement de Danny Taylor - 19h15 - Disparu depuis 1h45:

Elena avait décidé de faire un détour par le quartier de Danny pour savoir si il n'avait besoin de rien. Elle monta dans l'immeuble et s'arrêta devant la porte de son collègue. Elle frappa à plusieurs reprises.

ELENA: Danny, c'est moi ! Ouvre ! Tu m'entends ? Danny ?

Elle commençait de s'énerver et de s'inquiéter devant la porte et elle décida d'appeler son patron.

JACK: Malone ?
ELENA: C'est moi, je suis devant la porte de Danny et il vient pas ouvrir.
JACK: Qu'est-ce que tu fais là-bas ?
ELENA: Je suis passée le voir c'est tout.
JACK: Bon attends, Sam' et moi on arrive.

Elena raccrocha et retenta sa chance. Rien. Elle attendit sagement l'arrivée de ses collègues en s'asseyant dans l'escalier. D'un coup, on attendit un objet qui tombait dans l'appartement de Danny. Elena se leva d'un bond et refrappa. Samantha et Jack montaient dans la cage d'escaliers lorsqu'ils entendirent Elena s'écrier:

ELENA (affolée): Danny ! Qu'est-ce qui se passe !? Ouvre cette putin de porte !

Samantha rejoignit Elena et l'écarta de la porte, tandis que Jack s'en approchait.

JACK: Danny, tu ouvres oui ou merde ?

Jack attendit quelques instants. Puisqu'il n'avait pas reçu de réponse venant de son collègue, il força la serrure et entra. L'appartement était sans dessus-dessous, surtout le salon. Danny était sur le canapé, un mouchoir plein de sang collé sur sa joue.

SAM: C'est comme ça que tu vas ouvrir la porte ?
DANNY: Désolé.
JACK: Qu'est-ce qui s'est passé ? Cambriolage qui a mal tourné ?
DANNY (la tête ailleurs): Non.
ELENA: Alors c'est une tempête qui est passée ?
DANNY (en retirant le mouchoir): Non plus.
SAM (en fixant la cicatrice de Danny): Qu'est-ce que t'as fait ?
DANNY: Quoi ça ? Oh, une égratignure c'est rien.
JACK: Et tu l'as faite comment ?
DANNY (en partant dans une autre pièce): De quoi je me mêle !?

Danny sortit. Samantha regarda tour à tour ses collègues, puis elle décida de suivre son ami. Il s'était assis dans la salle à manger, la tête dans ses mains. Elle s'assit à côté de lui. Elle laissa un moment silencieux passer puis elle commença:

SAM: Danny, je sais que tu nous caches quelque chose.
DANNY (sur la défensive): Pourquoi je ferais ça ?
SAM (d'une voix douce): Parce qu'on a menacé Nicky ou Raphaël ou Sylvia. Regarde-moi.
DANNY (en relevant la tête et toujours sur la défensive): Non tu te trompes.
SAM (d'une voix douce): C'est pas l'impression que tu me donnes, on dirait qu'on t'agresse quand on te pose une question.
DANNY (sur la défensive): Mais où tu vas chercher tout ça !?
SAM (d'une voix douce): Nul part. Je décripte juste les impressions que tu nous donnes. Et cette impression a un certain goût de mensonge. Qu'est-ce qui s'est passé ?
DANNY (en hésitant): Sanchez est passé pendant que j'étais au bureau et quand je suis rentré, il était encore là.

Flashback

La porte était déjà ouverte lorsque Danny arriva. Il l'avait pourtant fermée. Il la poussa et vit un homme en train de fouiller dans son appartement.

DANNY: Qui êtes-vous ?
ESTEBAN: Tu te rappelles ?
DANNY: Toi ? T'es sorti depuis quand ?
ESTEBAN: Une semaine ! Ca t'étonne non ?
DANNY: Très, qu'est-ce que tu fous là ?
ESTEBAN: J'étais venu voir un vieux pote.
DANNY: C'est pas plutôt Rafael ton pote ? Sérieux, qu'est-ce que tu cherches ?
ESTEBAN: Je sais qui a enlevé ton neveu.
DANNY: J'ai demandé ce que tu cherchais.

Esteban bondit sur Danny en renversant quelques objets qui se trouvaient sur les meubles. Il sortit un couteau de sa poche. Danny, depuis le début, songeait aux voix qu'il avait entendues lorsque Nicky avait été enlevé. C'était évident maintenant: Esteban était dans le coup car il avait entendu sa voix lors de l'agression.

ESTEBAN (en passant la lame du couteau sur la joue de Danny): Ecoute-moi bien, tu ne vas dire à personne que je suis venu ok ? Sinon, je garantis pas grand chose de Nicky.
DANNY (en cherchant désespérément dans sa poche son badge): Tu devrais pas faire ça.
ESTEBAN: Et pourquoi ça ?
DANNY (en sortant son badge): FBI.
ESTEBAN: Peut-être, mais tu es impuissant, tu n'es pas sur l'enquête selon la loi et j'ai fouiné un peu, tu n'as pas ton arme.
DANNY: C'est vrai, mais si mes collègues te trouvent, ça sera ta parole contre la mienne et un agent fédéral contre un ex-tôlard...
ESTEBAN: La ferme !

On entendit Elena frapper à la porte.

Fin du flashback

DANNY: Après il est parti par la fenêtre et c'est tout.
SAM: Il a rien dit de plus ?
DANNY: Non.
SAM: T'en es bien sûr ?
DANNY (agacé): Oui !
SAM: Ok ok. Tu devrais en parler à Jack toi-même mais tu préfères peut-être que je le fasse ?
DANNY: Non ça va je le ferai.
SAM: Ok. Promets-moi une chose.
DANNY: Quoi donc ?
SAM: Pas d'enquête parallèle c'est bien compris ?
DANNY (en fuyant le regard de Samantha): Oui.
SAM: Dis le moi en face !
DANNY (en fixant Samantha): Oui, c'est compris.

Danny avait menti mais Samantha le laissa faire: soit elle, soit Elena ne le lâcherait pas d'une semelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:15

Les deux amis retournèrent au salon où les attendaient Jack et Elena.

JACK: Alors ? C'était quoi votre conversation là-bas ?
DANNY (en regardant Samantha): Je lui ai expliqué ce qui s'est passé.
ELENA: Alors, qu'est-ce qui s'est passé ?

Danny hésita quelques secondes et expliqua à nouveau.

JACK (en finissant de griffonner sur son bloc-notes): Bon, tu ne bouges pas de chez toi seul. Je me débrouillerai, on se relaiera.
DANNY (en protestant): Mais Jack, j'ai pas besoin de chaperons, je peux me défendre seul !
JACK (fermement): Non je ne cèderai pas, tu ne resteras pas seul.

Danny baissa la tête: il supposait que Jack pensait que c'était de sa faute si Nicky était porté disparu. Ce qui était totalement faux.

SAM: Alors, qui commence ce soir ?
JACK: Un de nous trois. Personnellement je peux pas.
ELENA: Moi ça peut être possible, il me suffit juste de passer un coup de fil.
SAM: Ben je peux me libérer au cas où.
JACK: Bon, mettez-vous d'accord les filles. Danny, viens par là en attendant.
DANNY (en marmonnant): Sérieux, on dirait que je suis un gamin.
JACK: Hein ?
DANNY: Rien.

Danny et Jack partirent du salon et laissèrent Elena et Samantha discuter.

ELENA: J'ai juste à passer un coup de fil à ma mère pour qu'elle garde Sofie et c'est bon !
SAM: Comme tu veux. En tout cas, si vous avez un blème, appelez-moi.
ELENA: Merci Sam' ! T'es géniale !

Elles rappelèrent Jack et Danny.

DANNY (sur un ton ironique): Alors ? Qui va jouer ma mère ?
ELENA: Ta mère ? Ta nourrice surtout !
DANNY (un sourire aux lèvres): Donc j'en déduis que c'est toi.
SAM: Exact, et si vous avez un souci, c'est par là que ça se passe. N'hésitez pas à me biper.
DANNY: Ok grand-mère.
SAM (surprise mais en souriant): Non mais ! Tu joues à quoi là ?
DANNY: Au gamin, en général ça ressemble à ça.
ELENA: Oui ben le gamin si tu fais une bêtise c'est au lit ok ?
DANNY (en rigolant): Ok ok. Je dis plus rien et je fais plus rien.
ELENA: Crois pas que ça va être les vacances.
JACK: Bon on va vous laissez à vos disputes. A demain !
SAM: Salut !

Jack et Samantha sortirent de l'appartement.

SAM: Je sais pas pourquoi mais il me semble que Danny va faire une connerie.
JACK: Moi aussi. C'est bien pour ça que je veux pas qu'il reste seul.
SAM: J'avais compris. Mais imagine, il profite d'un moment où on a pas notre attention sur lui et hop, il est plus là.
JACK: Je sais, donc il faudrait qu'on ait un moyen. Mais il faut le trouvé ce moyen.
SAM: J'ai peut-être une idée ! Tu pourrais le prendre en filature.
JACK: Oui, mais il faudrait que je nomme deux agents et j'en ai besoin.
SAM: Zut, comment on peut faire alors ?
JACK: Je sais pas. Y'a peut-être une solution.
SAM: Laquelle ?
JACK: T'as rien de prévu ce soir ?
SAM: Rien d'important. Pourquoi ?
JACK: Je vais me libérer et puis, on va attendre devant. On sait jamais, il va peut-être profiter de la nuit pour revenir Sanchez.
SAM: Possible, possible.

Jack appela Anne pour lui dire qu'il ne passerait pas. Il était terriblement anxieux: ça allait être la première fois, même pour une raison professionnelle, qu'il allait passer sa nuit avec Samantha dans une voiture à attendre. Il avait peur de faire un faux pas. Samantha, elle, appréhendait aussi. Ils descendirent les escaliers de l'immeuble et se dirigèrent dans la voiture du FBI. Jack envoya Samantha chercher des sandwichs pendant que lui restait à observer le trafic devant l'immeuble.
Aux environs de deux heures du matin, un homme passa devant le bâtiment. Il regarda aux alentours avant de rentrer.

SAM (en se tournant vers Jack): On a quelqu'un.
JACK: On va attendre deux minutes pour voir si y a de la lumière chez Danny.
SAM (en commençant de sortir): Tu fais ce que tu veux moi je descends.
JACK: Si tu descends, tu vas pas dans le bâtiment, tu restes devant à regarder ce qui se passe. Je reste là pour voir si ça s'allume et j'arrive.
SAM: Si tu veux mon avis, si ça s'allume, ça sera trop tard.
JACK: Ok. J'arrive.

Les deux agents descendirent et claquèrent doucement les portières. Ils rentrèrent dans l'immeuble. L'individu était monté au niveau de Danny et commença de frapper à la porte: une fois, deux fois... Samantha surgit de la cage d'escalier.

SAM (son arme pointée devant elle et en hurlant): FBI !

Jack n'eut pas le temps d'arriver. Samantha venait de faire une faute grave: en voyant l'individu lever ses bras, elle avait baissé sa garde et l'homme s'était retourné tellement vite qu'elle n'avait pas eu le temps de s'écarter. Il s'était jeté sur elle, l'avait désarmée et collait le canon du revolver sur sa tempe. Jack était impuissant. La seule chose qu'il pouvait faire, c'était de tirer sur l'homme mais il risquait de toucher sa collègue. Samantha se débatait tant bien que mal. La seule chose qu'elle trouva à faire fut de crier le nom d'Elena pour qu'elle lui vienne en aide. Cette dernière ouvrit la porte, son pistolet à la main. Elle ne fit ni une ni deux: elle commençait d'appuyer sur la détente lorsque Danny arriva derrière elle.

DANNY: Elena, tire pas !

Trop tard. La balle était partie. Elle érafla l'épaule de Samantha et entra dans le bras de l'homme. Ce dernier lâcha Samantha, garda le revolver à la main, bouscula Elena et rentra avec Danny dans l'appartement. Il ferma à clefs de l'intérieur et il était impossible de rentrer à moins d'être un acrobate ou d'avoir une échelle pour passer par les fenêtres. Jack se jeta plusieurs fois contre la porte pour l'ouvrir, en vain. On entendit des objets se casser par terre. Un silence passa. Et, d'un seul coup, un coup de feu suivit et de retour un insoutenable silence. Elena descendit en trombe dans la cage d'escaliers et passa par la cour intérieure de l'immeuble. Elle regarda la fenêtre de l'appartement de Danny: elle était ouverte. Elena fit plusieurs fois le tour de la cour: rien. Elle allait partir lorsqu'elle entendit un bruit. Elle retourna dans la direction du bruit. Il n'y avait personne mais du sang se trouvait sur le sol. Elle fit volte-face: l'homme courait pour lui échapper. Elena partit à sa poursuite.

ELENA (en courant): FBI ! Arrêtez-vous ! Ou je tire !

L'individu continuait sa course. Elena appuya sur la détente. Elle toucha l'homme à la taille. Il s'effondra par terre. Elle récupéra l'arme de service de Samantha et appela les secours.
En haut, Jack tira sur la poignée. Il entra suivi par Samantha. Ils filèrent dans l'endroit le plus probable où ils pouvaient trouver Danny: le salon. Ils le trouvèrent étendu par terre au milieu des débris, du sang plein sa chemise. Samantha passa ses doigts sur le poignet de son ami en cherchant désespérément un pouls. Elle leva la tête et l'agita négativement, l'air grave. Des larmes coulèrent sur ses joues. Jack la prit dans ses bras. Elle, qui d'habitude haïssait qu'on la voit pleurer, cette fois, avait vraiment besoin de réconfort: elle venait de perdre son confident, son espèce de grand frère qu'elle adorait, qui la faisait rire, avec qui elle avait partagé tellement de moments. Elle avait vu son sourire sept heures avant et maintenant, c'était un masque livide qui restait collé sur le visage de Danny et qui ne s'enlèverait jamais. Jack, en serrant Samantha contre lui, regardait le corps sans vie de Danny.

SAM (en pleurant): Le pire...le pire...
JACK (en lâchant pas du regard le corps de Danny): Quoi le pire ?
SAM (en pleurant): C'est ma faute ! Si j'avais pas baissé mon attention tout à l'heure...
JACK (en passant sa main dans les cheveux de la jeune femme): C'est pas ta faute, hein.
SAM (en pleurant): Si tu le dis. Même si j'en suis sûre.
JACK: Dis pas ça, ce n'est pas ta faute.

Jack entendit une ambulance arriver. Il passa un coup de fil à Elena.

ELENA (toute essouflée): Delgado ?
JACK: C'est moi, c'est toi qui a appelé l'ambulance ?
ELENA: Oui qui veux-tu que ce soit ?
JACK: Tu leur a dis de monter ?
ELENA: Non mais...
JACK: Tu pourras en faire venir au moins un ici ?
ELENA: Oui. Comment va Danny ?
JACK (soupir): Il ne va plus...
ELENA: Il ?
JACK (l'air grave): Oui. Je suis désolé.
ELENA: ...
JACK: Elena ?
ELENA: Désolée, je vous ai envoyé deux ambulanciers et ils ont des trucs pour essayer de le réanimer. On peut croiser les doigts encore.
JACK: C'est pas bête tout ça !
ELENA: Bon je te laisse, je vais aller voir notre fameux monsieur.
JACK: Ok, à plus.

Jack referma le clapet de son portable et expliqua ce qu'Elena venait de lui dire à Samantha. Les ambulanciers arrivèrent dans le salon et sortirent leurs appareils. Un des deux posa sa main sur la gorge de Danny tandis que l'autre chargeait les plaques. Il les posa sur la poitrine de Danny.

PREMIER AMBULANCIER: On dégage.

Un courant passa dans les plaques. Tellement il était fort, le corps sauta.

SECOND AMBULANCIER: Alors ?
PREMIER AMBULANCIER: Rien, on dégage.

Une autre décharge partit: rien. Ils rééssayèrent une dernière fois: rien. Ils levèrent leurs regards vers Jack et Samantha.

SECOND AMBULANCIER: On a fait ce qu'on a pu, nous sommes désolés.
SAM (en s'approchant du corps de Danny et en pleurant toujours): Pourquoi il a fallu que je baisse ma garde, pourquoi, pourquoi ?
JACK: Recommence pas Sam'.
PREMIER AMBULANCIER: Monsieur, nous avons quelqu'un en bas et la jeune femme qui est avec lui m'a dit de vous dire qu'il fallait que vous veniez.
JACK (en jetant un regard à Samantha): J'arrive.

Les trois hommes sortirent. Samantha était seule face au corps de Danny. Elle s'agenouilla à côté de lui et recomença de se lamenter. Elle commença de frapper du poing contre la poitrine de son ami. Elle y frappa dessus à maintes reprises. Au bout d'un certain temps, elle distingua un bruit de respiration rauque entre deux sanglots. Elle attendit en silence: c'était irrégulier. Elle s'approcha un peu plus près de la tête de Danny: il avait recommencé de respirer. Elle se leva d'un bond et se pencha par la fenêtre.

SAM (surexcitée): Montez ! Vite !
JACK (surpris): Qu'est-ce qui se passe ?
SAM (surexcitée): Montez ! Vous allez pas me croire sinon !

Elle se retira de l'encadrement de la fenêtre et s'accroupit à côté de Danny. Elle vérifia quand même le pouls pour voir si elle n'avait pas rêvé mais Danny avait bien repris vie. Une poignée de secondes plus tard, Elena débarqua dans l'appartement: elle était affolée.

ELENA (affolée): Qu'est-ce qui se passe ?
SAM (en regardant Danny): Chut, écoute.

Elena obéit et resta en silence quelques instants: la respiration rauque continuait et devenait de plus en plus régulière. Samantha se tourna vers Elena. Cette dernière n'en croyait pas ses oreilles. Elle restait plantée, n'osait plus bouger et un sourire béat règnait sur son visage.

SAM: Alors ? Heureuse ?
ELENA: Il a recommencé quand ?
SAM: Y'a même pas une minute.
ELENA: C'est toi qui...?
SAM: Si j'avais pas tapé, il serait pas vivant donc...
ELENA (en sautant dans les bras de Samantha): T'es géniale ! Je t'adore Sam' !

Samantha serra Elena: elles venaient toutes les deux de retrouver un être cher à leurs yeux. Samantha laissa Elena seule, face à Danny. Elle partit chercher des brancardiers. Ces derniers montèrent chercher Danny et le firent monter dans l'ambulance.

BRANCARDIER: Nous devons emmener...
ELENA (en commençant de monter): Je me porte volontaire.

Il referma la porte de l'ambulance qui démarra en trombe. Jack et Samantha suivirent l'ambulance qui avait aussi embarqué leur suspect.

Hôpital Saint Andrews - Service des urgences - 02h30 - Disparu depuis 9h00:

Dans le couloir qui se trouvait devant le bloc, Elena attendait. Elle attendait la sortie de Danny depuis bien dix minutes et faisait les cent pas. Un chirurgien sortit du bloc. Elena l'intercepta.

ELENA (inquiète): Excusez-moi, agent spécial Delgado, comment va-t-il ?
CHIRURGIEN: Lequel ? Je m'occupe des deux hommes qui sont arrivés avec vous.
ELENA: Celui avec une balle dans le haut du corps.
CHIRURGIEN: Il n'est pas très brillant pour l'instant.
ELENA (inquiète): Il va s'en sortir au moins ?
CHIRURGIEN: On ne peut pas se prononcer pour l'instant.
ELENA: Il y a plus de chances qu'il s'en sorte ?
CHIRURGIEN (en essayant de passer): On en sait rien du tout.
ELENA (avec insistance et en lui barrant le passage): Vous n'avez pas un avis personnel ?
CHIRURGIEN (en essayant toujours de passer): Je suis pressé madame, mes patients m'attendent.
ELENA (en le retenant): Je vous en prie.
CHIRURGIEN (soupir): Personnellement, je ne pense pas qu'il va s'en tirer.

Elena lâcha le bras du chirurgien qui rentra en trombe dans le bloc d'en face. Elle resta figée sur place. Elle se retourna et observa "calmement" le bloc opératoire où se trouvait Danny: elle paraissait détendue mais son esprit fonctionnait à cent à l'heure. Samantha la tira de sa rêverie.

SAM: Elena ? Tu peux venir un moment ?
ELENA (pensive): Ok.

Les deux jeunes femmes s'éloignèrent. Elles retrouvèrent Jack dans le hall d'entré.

SAM: Voilà, on est là. Alors ?
JACK: Bon, je voudrais que vous alliez regarder si vous trouvez pas quelque chose dans l'appartement de Danny.

A peine Jack avait-il finit de dire sa phrase qu'Elena tourna les talons. Samantha la suivit du regard. Elle se retourna, jeta un regard d'exaspération à Jack.

SAM: Comme douceur, on fait pas mieux.

Elle tourna les talons à son tour et prit la même direction qu'Elena.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:16

Cette dernière était retournée dans le couloir du bloc opératoire et elle pleurait.

SAM (d'une voix douce): Hey !
ELENA (en séchant ses larmes): Quoi ?
SAM (hésitante): Je sais que ça doit pas être facile pour toi d'aller fouiller chez Danny mais...Il faut que tu le fasses. Pour lui, pour Nicky; pour toi-même.

Elena se redressa. Elle hocha la tête puis la rebaissa à la simple pensée de ne peut-être jamais revoir Danny. Elle avait un peu de mal à respirer depuis le temps qu'elle pleurait et ses yeux étaient complètement boursouflés. Samantha s'avança mais son amie fit un pas en arrière. Elle n'insista pas et resta face à elle en continuant de donner des arguments pour qu'Elena vienne avec elle. Au bout de dix précieuses minutes, Elena finit par céder. Les deux jeunes femmes retournèrent à nouveau dans le hall.

JACK (en se levant): Bon, vous êtes décidées ?
SAM: Eh bien...
ELENA (pour en finir): On y va.
JACK (surpris par la fougue d'Elena): Ok. Je vous appelle si j'ai des nouvelles de Danny.
SAM et ELENA: Ok.

Elena partit en premier pour fuir ce service avant qu'elle ne change d'avis. Samantha en profita pour mettre les choses au clair avec Jack.

SAM: Bon, je te déconseille de me croiser moi ou Elena à l'avance.
JACK: Je sais, désolé d'avoir été brusque tout à l'heure, c'est bon ?
SAM (en commençant de s'éloigner): Oui.
JACK: Parfait.
SAM (en revenant sur ses pas): Autre chose, laisse un message si t'as des mauvaises nouvelles de Danny.
JACK: Pourquoi ça ?
SAM (en s'éloignant et en plaisantant): Si tu veux pas te faire ramasser à la petite cuillère.

Cette fois, Samantha sortit du hall. Jack, lui, resta planté sur place, en souriant. Il l'observa s'éloigner et partit airer dans les couloirs de l'hôpital avant d'avoir des nouvelles ou de Danny ou de leur suspect.

Appartement de Danny Taylor - 03h00 - Disparu depuis 9h30:

Samantha et Elena entrèrent dans l'appartement sacagé de Danny. Elles sortirent leurs gants et commencèrent de fouiller dans le salon. Sous un petit tas de débris, Elena trouva un papier tâché de sang. Elle le déplia.

ELENA: Sam' ? Tu peux venir voir ?
SAM (en s'approchant): Ouais ?
ELENA (en tendant le bout de papier): Regarde-moi ça.
SAM (en le prenant): Fais voir. On dirait qu'il y a quelque chose de marquer dessus.
ELENA: Si tu veux essayer de comprendre, laisse tomber je crois.
SAM (en observant le bout de papier): Non non. C'est de l'espagnol je crois.
ELENA (en le récupérant): Eh ben fais voir, je vais regarder ça.
SAM: Alors ?
ELENA: C'est bien de l'espagnol, mais je crois pas que c'est des mots, enfin si ça en est mais je crois que c'est un nom. Tu me donnes deux secondes.
SAM: Ok, tu m'appelles.
ELENA: D'accord.

Samantha resta à côté d'Elena et continua de chercher du regard quelque chose qui pourrait les intéresser.

ELENA: Franco Martinez, aller sur la cent quarante-deuxième à huit heures demain.
SAM: Hein ?
ELENA: C'est ce qui est marqué sur le papier.
SAM: Bon, à huit heures tu dis ?
ELENA: Oui. J'irai, au cas où ils parlent en espagnol.
SAM: Ouais, mais c'est pas moi qui vais décider.
ELENA: Je sais. J'irai même si Jack nomme quelqu'un d'autre.
SAM: T'es folle ?
ELENA: Non, logique.

Samantha se sentit vexée à cette remarque. Elle n'insista pas plus et repartit voir si elle trouvait quelque chose d'intéressant. Elena continua ses recherches dans le coin où elle avait trouvé le papier. Un petit quart d'heure plus tard, le portable de Samantha sonna.

SAM: Spade ?
JACK: C'est moi. Danny vient de sortir.
SAM: Alors ?
JACK: Il a fait un arrêt cardiaque quand il était encore au bloc mais bon, t'inquiète pas je suis avec lui et il va bien, il dort mais il est vivant.
SAM: Ok. Autre chose ?
JACK: Le gars est sortit y'a bien dix minutes. C'est tout. Et vous, ça donne quoi ?
SAM: Ca donne un certain Franco Martinez à aller voir demain.
JACK: C'est-à-dire ?
SAM: Ben, on a trouvé un papier avec ça marqué dessus et c'était pas l'écriture de Danny.
JACK: Ok. Bon, j'enverrai Vivian et Martin. Vous deux, vous irez dormir un peu.
SAM (en retournant vers Elena): Martin et Viv' tu dis ?
JACK: Oui pourquoi ?
SAM: Pour rien. J'aurais bien mis Elena au cas où il parlait espagnol mais bon.
JACK: Qu'est-ce que t'insinu là ?
SAM: Rien, je donne juste mon avis.
JACK (fermement): Sam' !
SAM: Ecoute, je sais que tu changeras pas d'avis mais ça serait assez logique que tu mettes Elena sur le coup ! Maintenant ce que je dis...
JACK: Je suis assez grand pour décider de qui je mets sur telle ou telle enquête.
SAM (en haussant le temps): Et moi je te dis que ça serait normal que tu mettes Elena sur le coup ! Martin et Viv' ne parle pas mieux l'espagnol que moi !
JACK: Je sais, et si je mets Elena et qu'il n'y en avait pas l'utilité ?
SAM: Au moins t'auras pris des précautions !
JACK: Sam' ! Calme-toi !
SAM: C'est ça.

Samantha raccrocha, enragée. Elle s'affala sur le canapé.

ELENA: Ca va ?
SAM: Ouais, ouais t'inquiète.
ELENA: J'ai entendu que tu te disputais, avec Jack je suppose.
SAM: Oui.
ELENA: A quel sujet ?
SAM: Pour demain, enfin, tout à l'heure.
ELENA: Oh. Il compte mettre Martin et Viv' c'est ça ?
SAM (soupir): Oui, j'ai essayé de le convaincre mais...
ELENA: Oui, j'ai entendu. Tant pis, j'irai sans son accord.
SAM: Tu comptes mettre Martin et Vivian au courant quand même ?
ELENA: Oui si ils se la ferment.
SAM: Je pense que ça va être le cas.
ELENA: Je pense aussi mais je mettrai les choses au clair au cas où.
SAM: Ok. Bah, appelle-les.
ELENA: J'allais le faire.

Elena s'éloigna.

Hôpital Saint Andrews - 03h10 - Disparu depuis 9h40:

JACK (au téléphone): Bon sang de bois ! Sam' ! Réponds !

Jack était énervé contre Samantha. C'était la deuxième fois de la journée qu'il se faisait ramasser par sa collègue. Et en plus, ce n'était que le début. Il raccrocha rageusement et se retourna: un médecin l'attendait.

MEDECIN: Agent Malone ?
JACK: Oui, excusez-moi.
MEDECIN: Vous pouvez aller voir votre suspect.
JACK: D'accord.

Jack jeta un regard à Danny puis partit dans le couloir.

MEDECIN (en ouvrant la porte): Vous avez une demie-heure.
JACK: D'accord.

Jack entra dans la chambre: l'homme le regardait, implorant sa pitié. Jack ne broncha pas et regarda dans la poche de la veste à la recherche d'un papier d'identité.

JACK (en lisant la carte d'identité): Monsieur Stephan Baxter ?
STEPHAN: Oui.
JACK: Qu'est-ce que vous faisiez chez Monsieur Taylor tout à l'heure ?
STEPHAN: Monsieur Taylor ?
JACK: Ne me prenez pas pour un abruti.
STEPHAN: Je suis passé pour lui dire que je voulais l'aider à retrouver Nicky.
JACK: Prenez-moi pour un con, je ne vous dirais rien. Et c'est pour ça que vous lui avez tiré dessus peut-être ?
STEPHAN (hésitant): Ca ne s'est pas passé comme ça.
JACK: Alors expliquez-moi ce qui s'est passé ! J'étais présent. J'aimerai bien savoir.
STEPHAN: Vous vous fichez de moi ?
JACK: A peine. J'attends. Qu'est-ce que vous vouliez à Monsieur Taylor ?
STEPHAN (soupir): J'étais venu de la part d'Esteban.
JACK: Pourquoi ?
STEPHAN (soupir): Il était venu avant vers dix-huit, dix-neuf heures et une fille est arrivée. Il voulait pas y retourner alors.
JACK: Alors vous y êtes allé à sa place.
STEPHAN: Oui.
JACK: Qu'est-ce qu'il veut ?
STEPHAN: Je ne sais pas ce qu'il veut.
JACK: Vous continuez de me prendre pour un con ?
STEPHAN: Non ! Sérieusement je n'en sais rien du tout. Je...

Jack commençait de bouillir de colère. Il allait s'approcher de Stephan lorsqu'il entendit un mouvement de panique dans le couloir. Il se leva d'un bond et partit dans le couloir. Il suivit les médecins et infirmiers qui accouraient. Tous tournaient dans la direction de la chambre de Danny, ce qui inquiétait Jack. Il suivait toujours. Il commençait de s'approcher de la chambre de Danny: son coeur se mit à battre à cent à l'heure. Ce qu'il redoutait était bel et bien réel, malheureusement. Les infirmiers tournèrent dans la chambre de Danny. Ce dernier était toujours sur son lit, les yeux clos. Les infirmiers se précipitèrent vers lui et prirent sa tension.

PREMIER INFIRMIER: Tension en baisse à sept.
SECOND INFIRMIER: Qu'est-ce qui leur a pris de le faire sortir du bloc.
TROISIEME INFIRMIER: J'en sais rien mais on a pas le temps de parler de ça, on fonce.
PREMIER INFIRMIER (en s'adressant à Jack): Monsieur, vous voulez ?
JACK: Qu'est-ce qui se passe ?
PREMIER INFIRMIER: Je vous expliquerai, suivez-nous.

Les trois hommes firent rouler le lit jusqu'au bloc.

PREMIER INFIRMIER: Donc.
JACK: Qu'est-ce qui s'est passé ?
PREMIER INFIRMIER: Il a fait une hémoragie interne et on nous a biper pour qu'on aille voir ça. Il vont juste rebouché la fissure. C'est pas méchant.
JACK (soulagé): D'accord. Merci. Vous pourrez me prévenir quand il sera de nouveau sorti ?
PREMIER INFIRMIER: Bien sûr.

Jack s'éloigna et retourna dans la chambre de Stephan. Il passa la porte et jeta un coup d'oeil à sa montre: il lui restait encore vingt minutes.

JACK: Bon, continuez, je vous écoute.
STEPHAN (agacé): Je vous ai dit tout ce que je savais !
JACK: Nous avons trouvé un morceau de papier indiquant qu'il fallait que quelqu'un aille voir un certain Franco Martinez à huit heures ce matin. Qui est ce Franco et qui devait aller le voir ?
STEPHAN (soupir): Franco était avec Esteban quand ils ont enlevé Nicky.
JACK (agacé): Je savais que vous ne me disiez pas tout. Et vous ? Vous n'y étiez pas ?
STEPHAN: J'ai seulement fait passer le papier, je l'ai su quand ils m'ont donné le papier et l'adresse. Je savais même pas ce qu'il y avait dans le papier !
JACK: Et l'idée de regarder ne vous est pas venue à l'esprit ?
STEPHAN (froid): Vous croyez peut-être que j'ai envie de me faire buter ?
JACK: D'accord. Pourquoi avez-vous tiré sur Da...Monsieur Taylor ?
STEPHAN (exaspéré): J'ai pas tiré.
JACK: Vous avez fini de me prendre pour un con tombé de la dernière pluie oui ou non ?
STEPHAN (sur la défensive): Mais j'ai pas tiré je vous dit !
JACK (sur un ton autoritaire): Ca suffit.
STEPHAN (en hachant ses mots): Je n'ai pas tiré !
JACK: Alors dites-moi qui a tiré.

Stephan fuyait le regard de Jack.

STEPHAN (en regardant dans le vide): Si je vous dis la vérité, vous allez pas me croire.
JACK: Tentez toujours.
STEPHAN (soupir): C'est pas moi qui ai tiré parce que j'ai posé le flingue sur la table.

Flashback

Stephan rentra avec Danny dans l'appartement. Il ferma à clefs. Ils allèrent dans le salon. Stephan posa le revolver sur un meuble et sortit de sa poche le papier. Il le tendit à Danny qui fit quelques pas en arrière.

STEPHAN (à voix basse): Hey t'inquiète pas, je dois juste te faire passer ça.
DANNY (méfiant): Qu'est-ce que c'est ?
STEPHAN: J'en sais rien. Mais je crois que ça à un rapport avec Nicky.

Danny arracha des mains de Stephan le papier et le lut rapidement. Il allait le mettre dans sa poche lorsque le coup de feu retentit. Stephan vit le tireur de la fenêtre et il sauta pour le rattraper.

Fin du flashback

STEPHAN: Et après vous savez la suite.

Jack prit quelques notes afin de poser la question à Danny à son réveil.

STEPHAN: Vous ne me croyez pas hein ?
JACK: Je ne sais pas, je demanderai à Monsieur Taylor quand il sera réveillé.
STEPHAN: Si il se réveille.
JACK (soupir): Oui.
STEPHAN: Je suis désolé si je ne vous fait pas avancé sur votre enquête mais...Je ne sais rien de plus.
JACK: Vous ne savez pas qui était avec Esteban et Franco ?
STEPHAN: Je ne suis pas sûr.
JACK: S'il vous plaît, dites-moi.
STEPHAN: Lucas Durett.
JACK: Et comment il était lié à Nicky ou Monsieur Taylor ou Monsieur Sanchez ?
STEPHAN: Peut-être un ancien compagnon de cellule.

Jack resta silcencieux. Il jeta un coup d'oeil à sa montre: il lui restait seulement deux minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:17

Il n'attendit pas qu'on vienne le chercher et il sortit dans le couloir.

142° - 8h00 - Disparu depuis 14h30:

Martin et Vivian étaient arrivés depuis déjà quelques minutes et attendaient dans la voiture. Elena surgit de nul part et rentra en vitesse dans le véhicule de ses collègues.

MARTIN et VIVIAN: Salut.
ELENA: Salut, alors, on fait comment ?
VIVIAN (en se tournant vers Elena): Tu te sens d'attaque ?
ELENA: Ouais.
MARTIN: Juste une question, tu le fais toujours sans l'accord de Jack ?
ELENA: Oui.
VIVIAN: Bon, alors on a pas intérêt de se planter.
ELENA: Je sais.
MARTIN (en observant aux alentours): Bon, il a l'air d'être à la bourre.
ELENA (en regardant l'heure): Ouais, moi qui pensais être en retard !
VIVIAN: Ouais. C'est pas pour dire mais ça caille !
ELENA (en claquant la portière): Oups ! Désolée !
VIVIAN: Pas de mal.
MARTIN (en observant un homme qui arrivait et en le comparant à la photo qu'il avait prise): Hum, va falloir que tu rouvres. Il arrive.
VIVIAN: Ca fait plusieurs fois qu'il passe !
ELENA: Bon alors c'est sûrement lui.

Elena releva la tête. Elle sortit de la voiture et attendit ses collègues. L'homme faisait un tour du pâté de maison du quartier. Il attendait visiblement quelqu'un. Les agents n'hésitèrent pas: ils s'approchèrent.

MARTIN: Monsieur ?
FRANCO: Quoi ?
ELENA (en sortant son badge): FBI.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Qu'est-ce que vous me voulez ?
ELENA (en jetant un regard en coin à Martin et Vivian): Vous voir. Vous allez nous suivre.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai fait ?
MARTIN: Vous êtes suspecté de kidnapping sur un enfant mineur et de tentative de meurtre.
FRANCO (en reculant): Quoi ?
VIVIAN: Vous avez très bien entendu.

Elena explosa: elle se jeta sur Franco. Martin l'écarta sans difficultés tandis que Vivian passait les menottes à leur suspect.

MARTIN: Qu'est-ce qui t'a pris ?
ELENA: Désolée.
MARTIN: Rentre chez toi, ça serait mieux. Ou va prendre la place de Jack.
ELENA (soupir): Ouais, t'as pt'être raison.
VIVIAN: Martin !
MARTIN: J'arrive. Aller, vas-y. Je te tiendrai au courant.
ELENA: D'accord.

Elena attendit que ses collègues soient partis et elle se dirigea dans sa voiture. Une fois à l'intérieur, elle mit le contact et partit en direction de l'hôpital Saint Andrews.

Locaux du FBI - Salle d'interrogatoire - 8h20 - Disparu depuis 14h50:

Martin et Vivian n'avaient pas pris la peine de monter à l'étage pour voir si ils avaient du nouveau. Ils étaient dans la salle d'interrogatoire, face à Franco.

MARTIN: On va pas y aller par quatre chemin, où étiez-vous hier aux environs de dix-sept heures trente ?
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Avec Esteban, Esteban...
VIVIAN: Sanchez, on sait. Et vous étiez où dans New-York ?
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Au Shea Stadium.
VIVIAN (bas à Martin): C'est là où était Danny non ?
MARTIN (bas à Vivian): Affirmatif.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Il y a un problème ?
VIVIAN (en sortant d'abord une photo de Danny puis une de Nicky): Vous les connaissez ?
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Esteban m'en a parler je crois, et il me les a montré hier aussi.
MARTIN: Il vous a peut-être dit aussi que vous deviez enlevé le gosse et tué cet homme !
FRANCO (avec un fort accent espagnol): C'est archi-faux !
VIVIAN: En tout cas, vous venez de nous dire que vous étiez là où le gamin s'est fait enlevé.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Mais on ne l'a pas enlevé ! Et encore moins essayé de tué Danny !
MARTIN: Comme ça vous le connaissez ?
FRANCO (avec un fort accent espagnol): C'est Esteban qui m'en a parlé. C'est tout, il m'a dit qu'il s'appelait Danny Taylor, mais c'est tout.
VIVIAN: D'ailleurs, vous étiez sencé le rencontrer aujourd'hui.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Pourquoi il n'est pas venu ?
MARTIN: Il est à l'hosto, avec une balle dans la poitrine.
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Et vous pensez que...?
VIVIAN: Nous pensons que c'est vous, ou un de vos deux complices, qui a essayé de le descendre. Et que c'est vous trois qui avez enlevé cet enfant.
MARTIN: Donc, hier, vous étiez avec Esteban Sanchez, et avec qui d'autre ?
FRANCO (avec un fort accent espagnol): Avec Lucas Durett et Stephan Baxter. Mais on a rien fait.
MARTIN: C'est pas à nous d'en juger, nous on va juste essayer de retrouver ce gosse.

Martin se leva et sortit de la pièce. Il s'arrêta devant la vitre et stoppa l'enregistrement vocal qu'il avait mis en route avant d'entrer dans la salle. Il l'envoya à Jack et monta dans les bureaux.

Hôpital Saint Andrews - 8h20 - Disparu depuis 14h50:

Pendant ce temps, Jack tournait toujours dans l'hôpital. Il avait fini l'interrogatoire de Stephan, enfin c'est ce qu'il pensait, Danny n'était toujours pas réveillé et la fatigue commençait de le gagner. Il s'était assis dans le couloir et avait fermé ses yeux. Il commençait de s'assoupir quand son portable vibra. "Qu'est-ce que c'est encore !?" pensa-t-il en fouillant dans sa poche. Il ouvrit son téléphone et écouta attentivement la bande son de Martin. Cela lui permettait deux choses: de passer la bande à Danny pour voir si il avait bien entendu cette voix et d'aller mettre les choses au clair avec Stephan qui lui avait menti. Il retourna à la chambre de ce dernier mais il ne put pas entrer: un médecin lui l'interdisait. Jack rebroussa chemin et retrouva sa place sur le fauteuil dans le couloir. Quelques minutes plus tard, Elena arriva.

ELENA: Salut.
JACK: Salut. Qu'est-ce que tu fais là ? T'es pas sencée être chez toi ?
ELENA: J'arrive pas à dormir.
JACK (agressif): Elena, c'est pas le moment de me prendre pour un con déjà que ça s'est passé tout à l'heure. Pourquoi tu es là ?
ELENA: Je te promets que je n'arrive plus à dormir.
JACK (agressif): Elena !
ELENA (soupir): Martin m'a envoyé un texto tout à l'heure et il m'a proposé de venir avec eux. J'ai dit oui au cas où mais je suis pas intevenue. Et après j'ai voulu venir ici parce que je suis trop inquiète.
JACK (après être resté silencieux quelques instants): Ok, désolé. Ca te dirais pas de...
ELENA: De prendre ta place ? C'est pour ça que je suis venue !
JACK: Donc bon courage. Oh ! Faut que tu télécharges à partir de mon portable la bande son pour la faire écouter à Danny. C'est le type que Martin et Vivian ont arrêté qui parle.
ELENA: Ok.

Jack sortit de sa poche son portable et envoya la bande son à celui d'Elena. Après qu'il aît fait cela, il s'en alla. Elena prit la place de son patron et attendit. Une heure plus tard, un médecin arriva: il cherchait Jack. Il s'adressa à Elena.

MEDECIN: Madame ?
ELENA: Oui ?
MEDECIN: Vous n'avez pas vu l'agent...
ELENA (en sortant son badge): Malone ? C'est mon supérieur. Agent Delgado.
MEDECIN: Suivez-moi.

Elena s'exécuta. Le médecin l'emmena devant une porte de chambre.

MEDECIN (en appuyant sur la poignée): Vous avez dix minutes.

Il ouvrit la porte. Derrière, un lit se dressait. Elena entra et découvrit, surprise, Danny qui la regardait: il lui fit un sourire. Elena n'osait plus bouger. Elle s'avança péniblement et s'assit sur le bord du lit.

ELENA: On verra après les choses personnelles, j'ai pas beaucoup de temps. Tu as assez de forces pour supporter une bande son d'un gars qui pourrait être mêlé à l'enlèvement de Nicky ?
DANNY (faiblement): Ouais.

Elena n'attendit pas plus longtemps. Elle sortit son téléphone et passa la bande.

DANNY (faiblement): Tu peux la repasser s'te plaît ?
ELENA (en relançant la bande): D'accord.

A la fin, Danny hocha la tête en signe de "oui".

ELENA: Il était là quand Nicky a été enlevé ?
DANNY (faiblement): Oui.
ELENA: Dis-moi, tu as bien dit à Jack que tu avais vu seulement trois types, c'est ça ?
DANNY (faiblement): Oui.
ELENA: D'accord. Tout à l'heure, j'irai enregistrer la voix d'un qui était présent d'après ce que le type dit dans la bande.
DANNY (faiblement): Ok. C'est qui ce type ?
ELENA: Celui de la bande ou celui que je vais aller enregistrer ?
DANNY (faiblement): Celui de la bande.
ELENA: Franco Martinez.
DANNY (faiblement): Je devais aller le voir tout à l'heure.
ELENA: Je sais, c'est moi, Martin et Viv' qui y sommes allés.
DANNY (faiblement): Ca c'est bien passé ?
ELENA: Oui.
DANNY (faiblement): Ok. Vous avez des pistes ?
ELENA: Oui, on en a au moins une sérieuse et en plus tu viens de me la confirmer.

Le médecin rentra.

MEDECIN: C'est fini.

Les dix minutes s'étaient déjà écoulées. Danny implorait du regard Elena de rester. Elle était en train de se lever quand il lui attrapa la main.

DANNY (faiblement): Pitié reste.
ELENA: Je peux pas décider. Je reviens après.
DANNY (faiblement): Elena, je t'en prie, reste.

Cette dernière se tourna vers le médecin. Il secoua la tête négativement. Elena se retourna, posa un baiser sur le front de Danny et ajouta:

ELENA: Je reviendrais dans un moment. D'accord ?

Danny hocha la tête, l'air déçu, mais il la laissa partir. Dehors, Elena tenta de convaincre le médecin de la laisser revenir après l'interrogatoire de Stephan mais il ne changea pas de position: sa réponse était sans appel, c'était "non". Elena laissa tomber et tourna dans les couloirs. Elle passa devant la chambre de Stephan. Elle n'hésita pas: elle lança l'enregistrement et rentra.

ELENA: Monsieur Baxter. Agent spécial Delgado.
STEPHAN (agacé): Ecoutez, j'ai déjà dit tout ce que je savais à votre collègue.
ELENA: Apparemment vous ne lui avez pas dit que vous étiez avec Esteban, Franco et Lucas hier.
STEPHAN (agacé): Qui vous a raconté ces salades ?
ELENA: Franco lui-même. En tout cas, Franco et Esteban sont coincés alors, si vous me disiez où je peux trouver Lucas et Esteban, ça serait gentil.
STEPHAN: Je sais pas où ils sont !
ELENA: D'accord. Je vais lancer un avis de recherche alors. Vous en êtes vraiment sûr avant que je bousille une recherche pour rien ?
STEPHAN (hésitant): Non.
ELENA: Ah ! Je vous écoute alors.
STEPHAN (hésitant): Si je vous le dit, vous me promettez que vous ne leur direz pas que c'est moi qui vous l'ai dit.
ELENA: Oui.
STEPHAN (soupir): Je sais que Lucas héberge Esteban jusqu'à ce qu'il ait trouvé un appart'. Maintenant avec cette histoire, je suis pas sûr qu'il y soit mais...
ELENA: D'accord. Vous connaissez l'adresse ?
STEPHAN: Sur la trente-deuxième, à Harlem le numéro quarante-cinq "B".
ELENA: Merci. Bon pour reparler de vous, parce que je ne suis pas sûre de ce que vous m'avez raconté, où étiez-vous à dix-sept heures trente hier ?
STEPHAN (en fuyant le regard d'Elena): Je vous l'ai dit ! J'étais pas avec eux !
ELENA: Alors où étiez-vous ?

Stephan resta silencieux.

ELENA: Alors ? Si vous ne me répondez pas, je considèrerait ça comme quoi que vous étiez avec Esteban, Lucas et Franco.
STEPHAN: ...
ELENA (en se levant): Très bien.

Elena sortit dans le couloir. Elle arrêta l'enregistrement et appela Martin en vitesse pour lui donner l'adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:17

Appartement de Lucas Durett - Harlem - 9h40 - Disparu depuis 16h10:

Martin et Jack sortirent du 4x4 du FBI. Jack frappa à la porte. Lucas vint ouvrir.

LUCAS: Oui ?
MARTIN (en sortant son badge): FBI.
JACK: Agent spécial Malone et voici l'agent spécial Fitzgerald. Nous avons quelques questions.
MARTIN: On peut rentrer ?
LUCAS: Allez-y.

Lucas s'écarta et les agents entrèrent dans l'appartement. Lucas les conduisit au salon.

LUCAS: Alors.
JACK: Vous connaissez Esteban Sanchez ?
LUCAS: Oui. Pourquoi ?
JACK: Et Franco Martinez et Stephan Baxter ?
LUCAS: Oui pourquoi ?
MARTIN: Vous et eux êtes suspectés de tentative de meutre et de kidnapping sur un enfant mineur.
LUCAS: Et qui sont ces deux personnes ?
JACK (en sortant une photo de Nicky et de Danny): Eux. Vous étiez au Shea Stadium hier, n'est-ce pas ?
LUCAS (en observant les deux photos): Pourquoi cette question ?
JACK: Ils y étaient et l'enfant s'est fait enlevé là-bas. Et cet homme qui est son oncle, a failli se faire descendre cette nuit.
LUCAS: Mais quel rapport avec moi ou Esteban ou les autres ?
MARTIN: Cet homme, Monsieur Taylor a affirmé avoir vu Esteban au moment où le gosse s'est fait kidnappé. Et nous savons que vous, Franco et Stephan étaient avec lui.
LUCAS: Si je comprends bien, je suis suspect.
JACK: Oui, vous ne savez pas où on peut trouver Monsieur Sanchez ?
LUCAS: Ecoutez, je ne sais pas où il est.
MARTIN: Pourtant vous l'avez hébergé ces derniers temps.
LUCAS: C'est vrai mais je n'ai aucune idée d'où il est.
MARTIN (en s'éloignant au téléphone): Excusez-moi, Fitzgerald ?
JACK: Si vous ne coopérez pas, on va finir cette conversation au bureau en vous faisant passer au détecteur de mensonges.
LUCAS: Allez-y. Je ne vois pas comment je pourrais vous aider.
JACK: En nous disant la vérité. Vous avez quelque chose à ajouter ?
LUCAS: Non.
JACK: Très bien.
MARTIN (en raccrochant): Merci. Jack, on a une demande de rançon.
LUCAS: Vous êtes témoins que ce n'est pas moi qui l'ai envoyée.
JACK: Oui pour vous mais rien ne nous dit que ce n'est pas vos complices. C'est quelle adresse internet qui l'a envoyée ?
MARTIN: J'en sais rien mais ils l'ont envoyée directement au bureau.
JACK (en faisant un signe de tête à Martin indiquant qu'il devait embarquer Lucas): Raison de plus pour finir notre conversation là-bas.

Martin s'exécuta. Jack resta seul quelques minutes dans l'appartement: il cherchait quelque chose qui pouvait lui indiquer un endroit où trouver Esteban et peut-être Nicky. Il marchait dans l'appartement lorsqu'il aperçut un blouson d'enfant caché sous un meuble. Il s'en approcha et attrapa le manteau. Il l'observa longuement à la recherche d'un nom marqué sur une étiquette mais il n'y avait rien. Jack emporta le blouson avec lui.

Locaux du FBI - Section des personnes portées disparues - 10h00 - Disparu depuis 16h30:

Jack s'approcha du bureau de Vivian et se pencha sur l'écran. Il regarda l'e-mail. Il y avait une pièce jointe: Jack l'ouvrit. C'était une vidéo où on voyait Nicky bayonné dans une chambre froide. Dans le coin à droite, un termomètre et l'heure de la vidéo apparaissaient: il était dix heures moins dix lorsqu'elle avait été tournée et il y avait encore dix-huit degrés. A la fin de la vidéo, un message apparut: il était marué que si on voulait revoir l'enfant vivant, il fallait apporter cent cinquante mille dollars à Statten Island à seize heures. Jack réfléchissait: il serrait dans sa main le blouson. Il releva son regard et décida de se diriger vers Rafael et Sylvia pour leur demander si c'était l'anorak de Nicky. Sylvia était au bord des larmes lorsqu'elle arracha le blouson des mains de Jack avant que ce dernier n'est pu ouvrir la bouche.

JACK: Je ne vais pas vous embêter plus longtemps.
RAFAEL (inquiet): Vous ne l'avez pas encore retrouvé ?
JACK: Pas encore mais on devrait peut-être avoir une piste. Mais pour que je la confirme, j'ai besoin de son blouson. Je dois le présenter à mon suspect pour faire pression sur lui et l'envoyer au laboratoire pour voir si il n'y a pas d'empreintes dessus.

Rafael chuchota à l'oreille de Sylvia qui, quelques secondes plus tard, tendit l'anorak à Jack. Il s'éloigna en direction de l'ascenseur, laissant Rafael et Sylvia. Il avait préféré ne pas leur parler tout de suite de Danny de peur de les mettre encore plus mal à l'aise qu'ils ne l'étaient déjà. Mais il leur en parlerait après l'interrogatoire de Lucas.
Plus bas dans l'immeuble, Martin faisait face à Lucas qui passait au détecteur de mensonges.

MARTIN: Vous avez héberger Esteban Sanchez il y a deux jours ?
LUCAS (agacé): Oui !
MARTIN: Vous avez vu Nicky Alvarez et Danny Taylor hier ?
LUCAS (agacé): Oui.
MARTIN: Vous avez kidnappé Nicky Alvarez avec l'aide d'Esteban Sanchez, Stephan Baxter et Franco Martinez ?
LUCAS (agacé): C'est faux !
MARTIN: Répondez par "oui" ou par "non".
LUCAS (soupir): Non.

On entendit un bip.

MARTIN (en regardant son interlocuteur en coin): Vous m'avez menti depuis tout à l'heure.
LUCAS (agacé): Non !

Un nouveau bip retentit.

MARTIN: Bien. Je n'ai plus de questions pour l'instant. Je reviendrai peut-être dans un moment, en attendant, vous restez ici.

Martin sortit de la pièce. Il croisa Jack dans le couloir.

MARTIN: Salut, il l'a bien kidnappé avec les trois autres.
JACK: Ok. J'ai regardé la rançon, on voit Nicky dans une chambre froide je crois.
MARTIN: Et c'est à quelle heure et combien on doit lui remettre ?
JACK: A quatre heures à Statten Island, on doit lui remettre cent cinquante mille dollars.
MARTIN: Ok. Tu as dit ça à Rafael et Sylvia ?
JACK: J'ai préféré pas leur dire tout de suite, ni pour Danny.
MARTIN: Tu veux que je leur dise maintenant ?
JACK: Concentre-toi sur la récupération du fric, tu leur diras après quand ils seront un peu plus calme.
MARTIN: Ok.

Les deux hommes se séparèrent sur ces mots. Avant d'entrer dans la salle d'interrogatoire de Lucas, le téléphone de Jack sonna.

JACK: Malone ?
ELENA: Salut, je viens de faire passer en vitesse un enregistrement de Stephan à Danny.
JACK: Et alors ?
ELENA: Il l'a pas entendu, ça devait être le conducteur qui est pas descendu.
JACK: Ok. T'as eu les résultats des analyses de Danny ?
ELENA: Pas encore, je t'appellerai quand je les aurai.
JACK: Ok. On...on a reçu une demande de rançon pour Nicky.
ELENA: Ca peut nous donner une indication du lieu où il est ?
JACK: Non malheureusement. Ce que je peux te dire, c'est qu'il est dans une chambre froide.
ELENA: C'est où le lieu de rencontre pour remettre le fric ?
JACK: Statten Island.
ELENA: C'est vaste !
JACK: Pas tellement ! Je vais lancer un avis de recherche et on quadrillera le coin.
ELENA: Ok.
JACK: T'as pas obtenu autre chose par hasard ?
ELENA: Pas encore. Je vais bientôt retourner voir Danny pour lui demander ce qui s'est passé dans l'appartement. Si sa version confirme celle de Stephan, j'irai lui demander qui était le tireur.
JACK: Ok.
ELENA: Et toi ? Ca avance ?
JACK: J'ai trouvé le blouson de Nicky mais à part ça, rien.
ELENA: Ok. Je te tiendrai au courant si j'ai quelque chose d'intéressant. Salut.
JACK: Salut.

Jack raccrocha et entra dans la salle d'interrogatoire.

LUCAS: Quoi encore ?
JACK (en l'attrapant par le col): Vous savez où est Nicky Alvarez. J'ai trouvé son blouson chez vous. Alors vous alez me dire où il est.
LUCAS: Je ne sais pas où il est.
JACK (en le soulevant de sa chaise): Vous l'avez eu chez vous hier soir c'est ça ?
LUCAS (soupir): Oui. Ce matin, Esteban est partit tôt avec le gosse.
JACK (en ne le relâchant pas): Bien. Et qui était chez Danny Taylor cette nuit à deux heures et demie ?
LUCAS: C'était Esteban. Il avait envoyé Stephan pour faire diversion. Mais Stephan était au courant de rien.
JACK (en relâchant la pression): On y arrive.

Jack ne perdit pas une seconde: il ressortit de la pièce. Dans les couloirs, il passa un coup de fil à Samantha: elle était en route pour le bureau quand elle décrocha:

SAM: Spade ?
JACK: C'est moi.
SAM: Attends deux secondes, je me gare.
JACK: Ok.

Jack patienta quelques secondes.

JACK: C'est bon ?
SAM: Oui. Alors ?
JACK: Tout de suite en salle de debrief'.
SAM: Ok. A tout de suite.
JACK: A tout de suite.

Jack raccrocha. Samantha lui avait répondu sèchement pendant l'appel et il ne préféra pas la croiser. Il monta dans la salle de debriefing avant elle et s'enferma dans son bureau. Samantha arriva quelques secondes après. Elle s'approcha des bureaux de ses collègues.

SAM: Salut !
VIVIAN (les yeux rivés sur son écran): Salut.
SAM: Du nouveau ?
VIVIAN: On a reçu une demande de rançon y'a un peu plus de vingt minutes de la part d'un inconnu qui n'est pas si inconnu que ça. On suppose que c'est Sanchez mais on en est pas absoluement sûrs.
SAM: Et il veut combien ?
MARTIN (en arrivant dans la pièce): Je vais te répondre, cent cinquante mille dollars d'ici quatre heures du soir.
SAM: Cent cinquante mille ? Eh ben ! Il doit avoir sacrément de choses à faire !
VIVIAN: Sûrement changer de pays ou au moins de région pour pouvoir se refaire une vie. Ca me rappelle quelqu'un d'ailleurs.

Samantha et Martin sourirent en pensant à Danny: lui aussi avait fait la même chose, seulement, ce n'était pas pour effacer un casier judiciaire, mais plutôt un passé d'alcoolique.

SAM: On peut les avoir ?
MARTIN: Ouais, je viens d'avoir le feu vert de Van Doraan et elle va se débrouiller pour les récupérer.
SAM: Ok. On doit les remettre où ?
VIVIAN: A Statten Island.
SAM: C'est vaste ! Y'a pas d'endroit précis ?
VIVIAN: On peut essayer de quadriller les coins des chambres froides. C'est sûrement dans un coin comme ça qu'on devrait lui remettre.
SAM: Pourquoi les chambres froides ?

Martin s'installa devant son ordinateur et lança la vidéo. Au bout d'un certain temps, on aperçut un sigle d'entreprise au fond de la chambre froide. Les trois agents se regardèrent. Samantha décida d'aller voir Mac pour lui faire zoomer le sigle. Elle entra dans son bureau. Mac, qui était le nez devant son ordinateur comme d'habitude, se retourna.

MAC: Salut Sam'.
SAM: Salut, tu peux m'ouvrir l'e-mail qui est arrivé y'a vingt minutes ?
MAC: Oui.
SAM: Y'a deux choses qui m'intéressent: la pièce jointe et l'adrese e-mail.
MAC: Ok. Si je comprends bien je vais te chercher à qui appartient le compte internet et quoi sur la pièce jointe ?
SAM: Je te dirai quand il faudra que tu stoppes la vidéo pour faire un zoom en haut à droite.
MAC: Ok.

Mac lança son logiciel et tapa le nom de la pièce jointe. Il la mit en route.

SAM (au bout de trente secondes): Stop.

Mac s'exécuta et zooma en haut à droite sur le sigle de l'entreprise. Il le défloua.

MAC (en souriant): Bien vu, une chambre froide de l'entreprise Dails. Bon, maintenant, on va regarder ton adresse.
SAM: Ok.

Mac pianota quelques secondes sur son clavier.

MAC (en regardant son écran): Ton adresse appartient à Stephan Baxter.
SAM: Ok merci.

Samantha sortit du bureau et partit dans celui de Jack. Ce dernier était plongé dans des papiers.

SAM (froidement): Salut.
JACK (en ne levant pas son regard): Bonjour.
SAM: J'ai une bonne nouvelle.
JACK: Et moi une mauvaise. Enfin, elle est pas dramatique non plus.
SAM: Ok.
JACK (en levant la tête): Vas-y, je t'écoute.
SAM: On a une piste pour la chambre froide où se trouve Nicky. Il serait dans une chambre froide de l'entreprise Dails.
JACK: Ok. Concentre-toi sur le coin de Statten Island pour voir si y'en a pas une.
SAM: D'accord. Et ta mauvaise nouvelle ?

Jack hésita un moment.

JACK: Ca a aucun rapport avec l'enquête.
SAM: Dis-moi.
JACK (hésitant): Je vais te donner ta journée...
SAM (avec impatience): Pourquoi ?
JACK (soupir): Ta soeur, Patricia...
SAM (avec impatience): Oui, qu'est-ce qui se passe ?
JACK (soupir): Elle a eu un accident et elle a parler de toi aux flics qui étaient là-bas. Ils te cherchent et ils veulent que tu ailles la voir.
SAM: D'accord. Et si je refuse ?
JACK: Ils te harcèleront probablement.
SAM: Ok. Bon je vais me concentrer sur l'enquête.

Samantha sortit de la pièce et se dirigea devant son ordinateur. Elle commença le quadrillage de Statten Island. Au bout d'un moment, elle repensa à la perquisition de l'ancien appartement d'Esteban. Elle repartit dans le bureau de Jack.

SAM: Désolée de te déranger.
JACK: Tu veux y aller ?
SAM: Non, je voudrais savoir si on a obtenu le mendat.
JACK (en lui tendant le mendat): Flute ! J'ai oublié de vous le donner, je l'ai trouvé tout à l'heure sur mon bureau. Tiens.
SAM (en arrachant le mendat des mains de Jack): Merci.
JACK: Attends-moi, je viens avec toi.
SAM: Ok. Je vais chercher ma veste.

Sur ce, elle s'éloigna dans la salle de debriefing, récupéra son manteau et descendit au parking. Jack suivit le même chemin quelques minutes après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:18

Ancien appartement d'Esteban Sanchez - 10h30 - Disparu depuis 17h00:

Jack et Samantha descendirent de la voiture et se dirigèrent vers l'entrée du bâtiment. Jack ne faisait que de regarder Samantha: il sentait bien qu'elle ne voulait pas admettre qu'elle s'inquiétait pour sa soeur, même si c'était évident. Il n'aborda pas le sujet. Samantha entra dans l'immeuble et partit frapper à la porte du consierge.

CONSIERGE: Oui ?
SAM (en lui présentant son badge): Agent Spade et agent Malone. Nous voudrions voir si c'est possible l'ancien appartement d'Esteban Sanchez, si il n'est pas occupé.
CONSIERGE: Vous avez de la chance, personne n'en a voulu après lui et il est tel quel.
SAM: D'accord. Vous pouvez nous y emmener ?
CONSIERGE: Bien sûr, suivez-moi.

Samantha et Jack suivirent le consierge dans les couloirs. Il ouvrit la porte puis Jack, Samantha et lui entrèrent. Ils firent le tour du studio. Arrivés dans le salon, le regard de Samantha se posa sur la fenêtre. Elle s'en approcha et la tira légèrement: elle était ouverte.

SAM (interloquée): Quelqu'un est passé voir le studio récemment ?
CONSIERGE (surpris par cette question): Non, pourquoi cette question ?
SAM (en désignant la fenêtre du regard): Elle est ouverte.

Le consierge resta sans réponses.

JACK: Laissez-nous les clefs, on vous les redescendra quand on aura fini.
CONSIERGE (en tendant les clefs à Jack): D'accord.

Le consierge s'en alla. Samantha s'intéressa de plus près à la fenêtre. Elle la regarda sous toutes les coutures à la recherche du moindre indice. Elle trouva un bout de tissu. Elle récupéra un petit sac plastique et le glissa à l'intérieur. Elle continua sa recherche au centre de la pièce. Jack, lui était parti dans ce qui ressemblait à une chambre. Il avançait tranquillement dans la pièce lorsqu'il aperçut un coin noir brillant sous un meuble. Il se baissa et l'attrapa: c'était un ordinateur portable. Il l'emmena dans le salon.

JACK: Regarde-moi ça !
SAM: Belle découverte ! Il est allumé ?
JACK (en ouvrant l'ordinateur): On dirait.
SAM: Il a dû servir à envoyer la vidéo de Nicky.
JACK: J'en suis pas vraiment sûr.
SAM (exaspérée): Même si je suis pas très callée en informatique, je sais quand même qu'on peut se connecter à n'importe quel compte internet à partir de n'importe quel P.C. !
JACK: Moi aussi mais bon. Je ne dirais rien. On va l'emmener. T'as trouvé quelque chose ?
SAM (en sortant le sac plastique): Oui, un bout de tissu.
JACK: Ok. Rien d'autre ?
SAM: Non et toi de ton côté ?
JACK: Rien, juste l'ordi.
SAM: Ok. On fait quoi ? On continue et on rentre au bureau ou on va direct à Statten Island après avoir fini ?
JACK: On repassera d'abord au bureau pour finir le quadrillage.
SAM (en se remettant au travail): Ok.

Jack s'éloigna. Il se retourna.

JACK: T'es sûre que tu veux pas prendre ta journée ?
SAM (en s'arrêtant et en relevant la tête, l'air exaspéré): Jack, je ne reviendrai pas sur ma décision, je reste sur l'enquête. Elle peut attendre ! C'est pas comme si elle était entre la vie et la mort ! Là, j'aurais peut-être pris ma journée, j'aurais réfléchis.

Samantha avait fortement insisté sur le "peut-être". Jack essaya quand même de la convaincre encore.

JACK: Samantha, fais un effort, c'est ta soeur quand même !

"Samantha ? Il m'appelle comme ça maintenant ?!" pensait Samantha.

SAM (sur les nerfs): C'est pas parce que c'est ma soeur que je vais plaquer mon boulot comme ça ! Elle attendra la fin de l'enquête, point barre.

Jack n'insista pas et repartit dans le studio à la recherche d'indices. Les deux agents restèrent environ vingt minutes sans rien trouver de plus. Samantha rejoignit Jack: elle s'était visiblement calmée.

SAM: Alors ?
JACK: Rien. Et toi ?
SAM: Pareil. On va pas rester ici si on trouve plus rien. A moins que tu veuilles qu'on perde notre temps ici.
JACK: Non, on y va.

Samantha ne se fit pas prier: depuis le début de leur fouille, cet endroit ne lui inspirait pas confiance. Elle attrapa les clefs, attendit que son patron soit sortit puis ferma la porte à clefs. Elle descendit les marches et retourna devant la porte du consierge: il n'était pas là. Elle posa les clefs sous le paillasson et sortit du bâtiment.

Locaux du FBI - Section des personnes portées disparues - 11h20 - Disparu depuis 17h50:
Jack et Samantha entrèrent dans leur section. Ils se dirigèrent vers la salle de debriefing. Samantha partti de vant son ordinateur pendant que Jack interrogeait ses agents.

JACK (à Martin): On en est où pour les cent cinquante mille ?
MARTIN: Pour l'instant, Van Doraan m'a dit y'a dix minutes qu'on en avait déjà cent mille.
JACK: Elle va les faire marquer ?
MARTIN: J'en sais rien, faudra lui demander.
JACK: Ok. Vivian, ça avance le quadrillage ?
VIVIAN: Je me débrouille. Mais je crois qu'on va avoir un problème.
JACK: Lequel ?
VIVIAN: Je...
SAM: Y'a pas de chambre froide de l'entreprise Dails à Statten Island.
JACK (soupir): Merde. Bon. On va reprendre le quadrillage sur tout New-York alors. J'aviserai quand on aura quelque chose.
SAM, VIVIAN et MARTIN: Ok.

Jack s'éloigna en direction des bureaux de ses supérieurs. Il frappa à la porte de celui de Paula Van Doraan et entra.

PAULA: Jack !
JACK: Bonjour. Je voudrais savoir où on en est avec mes cent cinquante mille dollars.
PAULA: J'ai dit à l'agent Fitzgerald qu'on en avait cent mille pour l'instant.
JACK: D'accord. Vous comptez les faire marquer ?
PAULA: Oui.
JACK: D'accord.
PAULA: C'est tout ce que vous vouliez ?
JACK: Non, je voudrais une équipe de six hommes pour seize heures si c'est possible.
PAULA: Bien sûr.
JACK: Merci. Au revoir.

Jack ressortit en trombe du bureau de Paula et se dirigea dans le sien. Il s'assit et attrapa le dossier de Franco. Il fit un bond lorsqu'il pensa au 4x4 de Franco. Avait-on relâché son propriétaire ? Et si oui, depuis combien de temps ?

JACK (en se dirigeant vers ses collègues): Vous savez pas où est Franco ?
VIVIAN: On a été obligés de le relâcher. Son avocat a fait pression.
JACK: Depuis combien de temps ?
VIVIAN: Depuis à peu près une heure et demie.
JACK: Pourquoi j'ai pas été mis au courant ?
SAM: Si ça peut te rassurer, moi non plus je savais pas.
JACK: Bon. C'est tout simplement parce qu'il a un 4x4 qui ressemble étrangement à celui qui était vers le Sheah Stadium hier. On va dire que j'aimerai bien le voir.

Jack n'attendit pas de réponses de la part de ses collègues et fonça dans son bureau où il passa un avis de recherche. Un quart d'heure plus tard, on lui téléphona: on avait repéré le 4x4 vers Statten Island. Jack n'hésita pas. Il sortit à nouveau de son bureau.

JACK (en continuant son chemin): Martin, suis-moi, je t'expliquerai en route.

Martin n'eut pas le temps de parler: Jack était déjà dans l'ascenseur.

Statten Island - 11h55 - Disparu depuis 18h25:

Jack coupa le moteur du 4x4. Durant le trajet, il n'avait pas ouvert la bouche. Martin engagea la conversation.

MARTIN: On est là pour quoi en fait ?
JACK: On a repéré le 4x4 dans ce garage. On va attendre qu'il sorte.
MARTIN: Si je comprends bien on risque d'y passer la journée.
JACK: Tout à fait raison.

Jack et Martin se turent. Ils attendirent une demie-heure sans rien voir d'intéressant arriver. Ils se regardèrent et sortirent de leur voiture. Ils avancèrent vers le garage, la main sur leurs revolvers respéctifs. Martin commençait d'avancer devant une vitre lorsqu'un coup de feu retentit. Il plongea à terre. Jack, qui était en face d'un mur, fit le même geste que son collègue, par automatisme. Les agents se regardèrent.

JACK: Reste-là.
MARTIN: Non, on y va à deux.
JACK: Il faut qu'ils croient que tu es là. Tu laisses volontairement un bout de ta veste à la vue.
MARTIN: T'es malade ?!

Jack ne répondit pas. Il s'en alla de l'autre côté du bâtiment. Il entra discrètement par la porte de derrière. Les coups de feux n'avaient pas repris. Il se glissa entre les voitures lentement. Il arriva derrière un homme armé. Il regarda si il voyait Martin mais il n'y avait rien. Jack passa à l'action.

JACK: FBI, poser votre arme et mettez vos mains bien en vue pour que je puisse les voir !

L'individu ne broncha pas. Jack répéta mais l'homme resta dans la même position, son arme braquée devant lui. Jack s'approcha lentement. Il se trouvait à peine à cinq mètres du tireur lorsque Martin surgit. Il se plaça en face de son patron mais l'homme, qui désormais était piéger, ne perdit pas son sang froid. Ils restèrent comme ça durant quelques minutes, qui leur parurent des heures. L'individu laissa tomber son arme. Martin fit un pas de côté pour la ramasser et trébucha, malencontreusement, sur un pneu qui traînait par là. Il tomba et, dans sa chute, il lâcha son revolver. L'individu, qui s'avérait être Franco, attrapa l'arme de service de Martin, fit volte-face et braqua le revolver sur Jack. Les deux hommes se visaient mutuellement et tournaient: c'était "au premier qui tirera sur l'autre" qui l'emporterait. Martin, du sol, observait la scène. Au bout d'un certain temps, il récupéra l'arme qui traînait par terre. Il eut le malheur de faire du bruit: c'en était fini de Martin. Franco réagit au quart de tour: il se retourna et appuya sur la détente. Jack tira à son tour sur l'agresseur et resta longueument figé sur place, à regarder deux corps qui gisaient sur le sol, l'un sans aucun signe de vie. Jack s'en approcha: Franco était bien amoché mais il vivait encore.

JACK (son arme braquée sur Franco): Espèce d'ordure. Dites-moi où est Nicky.
FRANCO: J'en sais rien.
JACK (son arme braquée sur Franco): C'est des foutaises, vous savez pertinemment où il est alors dites-moi ce que vous savez.
FRANCO: Je ne sais rien de plus.
JACK (en l'attrapant par le col de sa veste): Ecoute bien, tu viens de descendre un fédéral alors à ta place, ne serait-ce que pour que le FBI soit un peu plus indulgent...

"Même si ça ne sera pas le cas.", pensa Jack tout en parlant.

JACK (en l'attrapant par le col de sa veste): ...je dirais ce que je sais. Maintenant, c'est ta vie, t'en fais ce que tu veux. Si tu veux moisir derrière les barreaux jusqu'à la fin de ta vie, c'est ton choix.

Franco resta silencieux. Jack le laissa tomber et s'avança vers le corps de Martin. Il chercha désespérément un pouls: rien. Jack se concentra quand même pour vérifier si les battements étaient très faibles mais il n'avait pas rêvé: le coeur de Martin avait bel et bien fini de battre. Jack attrapa son téléphone et appela le 911. Cinq minutes plus tard, on recouvrait Martin d'un drap blanc et on embarquait Franco. Jack resta figé sur place: même si il avait détesté Martin lorsque ce dernier sortait avec Samantha, il était triste d'avoir perdu un de ses agents. Il l'avait vu se faire descendre et il n'avait rien pu faire. Jack ramassa l'arme de Martin et l'observa longuement. Il la glissa dans la poche intérieure de sa veste.

Locaux du FBI - Section des personnes portées disparues - 12h30 - Disparu depuis 19h00:

Jack sortit de l'ascenseur. Samantha se précipita sur lui.

SAM: Jack, on a repéré dix-huit chambre froides sur New-York.
JACK (la tête ailleurs): Hum.
SAM: C'est tout ce que tu dis ?
JACK: Si tu remarques, je suis tout seul.
SAM: Et alors ? Martin va arriver !
JACK (en s'éloignant): Non, et il n'arrivera jamais.
SAM: Tu peux m'expliquer ?
JACK: Suis-moi. On est plus que quatre sur cette affaire.
SAM: Mais qu'est-ce que tu racontes ?!

Jack ne répondit pas. Il rentra dans la salle de debriefing. Samantha regarda derrière pour voir si elle ne voyait pas Martin arriver. "Il n'arrivera jamais...". Ces mots résonnaient dans sa tête. Elle suivit Jack et s'installa devant son bureau. Vivian se retourna. Jack inspira un bon coup.

JACK: Martin est mort. J'ai rien pu faire.

Jack se tourna vers Samantha: son visage était livide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:19

Elle tenta de parler mais aucun son ne sortit de sa bouche. Jack continua.

JACK: Il s'est fait descendre. Il voulait me protéger. Il a eu le malheur de trébucher et de faire du bruit deux minutes après.
VIVIAN: Il meurt en héros.
JACK (en fixant Samantha): Oui, en héros, en héros. Je...je vais aller voir Victor. A tout à l'heure.

Jack s'éloigna dans les bureaux de ses supérieurs. Samantha restait là, la bouche ouverte. Vivian s'approcha.

VIVIAN: Hey, ça va aller.
SAM (sous le choc): Je...Oui ça ira.
VIVIAN: T'en es sûre ?
SAM (sous le choc): Oui. Oui.
VIVIAN: Bon, viens avec moi si tu veux, je vais manger un morceau.
SAM: J'ai pas très faim.
VIVIAN: Ok. Tu sais où je suis.

Vivian s'éloigna. Samantha resta longtemps à regarder dans le vide. Elle se repassait le film de sa relation avec Martin. Elle chassa ses idées noires et replongea dans son travail.
Pendant ce temps, Jack attendait dans les couloirs. Victor, le père de Martin, n'était pas dans son bureau. Jack faisait les cent pas. Dans un sens, cela l'arrangeait: il pouvait réfléchir à la manière d'annoncer la nouvelle à Victor. Ce dernier arriva. Jack l'interpela.

JACK: Victor !
VICTOR: Jack, qu'est-ce...
JACK: Qui m'amène, une mauvaise nouvelle.
VICTOR: Laquelle ?
JACK (en hésitant): Je...je suis désolé.
VICTOR: Désolé de quoi ?
JACK: Martin...Martin est mort.
VICTOR: Ca s'est passé comment ?
JACK: Il a voulu me protéger, je sais ça aurait dû être l'inverse, mais c'était moi qui était dans une mauvaise posture.
VICTOR: J'allais pas dire ça. Tu m'autorises à récupérer ses affaires ?
JACK: Vas-y. Je te déconseille de parler de ça à Samantha, elle a mal réagi je crois quand je l'ai annoncé à mes collègues.
VICTOR: D'accord. Je vous embêterai pas.
JACK: D'accord.

Victor s'en alla, accompagné de Jack. Ce dernier lui montra le bureau de Martin et le laissa.

JACK: Sam', tu viens ?
SAM: Non, je reste là au cas où on aurait du nouveau.
JACK: T'as ton portable, ça sert à rien que tu restes piquée devant ton ordinateur. Viens.
SAM: Non.
JACK (en marmonnant): L'esprit de contradiction ressort.
SAM: Je bougerai pas d'ici et c'est pas toi qui me feras changer d'avis.
JACK: Ok ok. Si tu me cherches.

Jack s'éloigna. Il passa dans son bureau et envoya un mail à Paula: il n'avait pas le courage d'aller la voir. Dans son e-mail, il écrivit: "Paula, j'ai le regret de vous dire que l'agent Fitzgerald est décédé des suites d'une blessure par balle faite sur le terrain il y a environ quarante minutes. J'aurai besoin que vous m'atribuiez un nouvel agent sous peu." Après l'avoir envoyer, il sortit et partit en direction du self. Dans les couloirs, Paula l'interpela.

PAULA: Jack, pourquoi vous m'avez envoyé un e-mail ? Vous auriez dû venir me voir !
JACK: J'avais un appel en même temps et j'ai préféré gagner du temps.
PAULA: D'accord. Je me débrouillerai pour vous trouvez un nouvel agent d'ici tout à l'heure.
JACK (en commençant de partir): D'accord. Merci.
PAULA: Jack !
JACK (en se retournant): Oui ?
PAULA: Vous en êtes où sur vos recherches ?
JACK (en partant): On avance. Excusez-moi.
PAULA: Bien sûr !

Jack descendit. Un quart d'heure plus tard, lui et Vivian remontèrent dans la salle de debriefing. Il trouvèrent Samantha au téléphone.

SAM: Oui, on est plus que quatre pour l'instant et vous ça va ?...Hum hum...Vu que t'es sur place, t'iras voir Franco...Ok...A tout à l'heure.

Elle reposa le combiné et se retourna.

SAM: J'ai appelé Elena pour lui dire que Martin était mort. Elle devrait bientôt le dire à Danny quand elle pourra retourner le voir.
JACK: D'accord. Elle te rappelle ou elle rentre au bercail ?
SAM: Elle rentre, elle commence d'en avoir marre de rester là-bas.
JACK: Ok. Elle a eu les résultats d'analyses de Danny ?
SAM: Pas encore. Elle devrait les avoir tout à l'heure.
JACK: Ok. Bon, je vais aller voir si Van Doraan à trouvé un remplaçant. Continuez les recherches en attendant.
VIVIAN et SAM: D'accord.

Jack s'éloigna dans les couloirs à la recherche de Van Doraan. Paula le surprit par derrière.

PAULA: Jack !
JACK (en se retournant): Oui ?
PAULA: L'agent spécial Duncan Grant va remplacer l'agent Fitzgerald.
JACK: D'accord. Suivez-moi.

Duncan s'exécuta. Il suivit Jack jusque dans la salle de debriefing.

JACK (en désignant ses collègues du regard): Samantha Spade et Vivian Johnson.
SAM et VIVIAN: Bonjour.
JACK: Je vous présente Duncan Grant, il remplace Martin.
DUNCAN: Enchanté. Je peux savoir où est mon bureau ?
JACK (en vérifiant si Victor était parti sans oublié des affaires de Martin): Le voici.
DUNCAN (en s'approchant de son bureau): D'accord.
JACK: Nous recherchons Nicky Alvarez. On a fait un quadrillage des chambres froides de New-York. On va attendre le retour d'Elena et je verrai comment on procède.
SAM et VIVIAN: Ok.

Duncan attendit que Jack soit partit dans son bureau pour poser une question: son supérieur l'impressionait fortement.

DUNCAN (en hésitant): Excusez-moi mais, qui est Elena ?
SAM: L'agent spécial Delgado, elle est à l'hôpital en ce moment avec deux suspects et l'agent Danny Taylor. C'est l'oncle de Nicky Alvarez. Il s'est fait tiré dessus cette nuit.
DUNCAN: D'accord.
SAM (souriante): Autre chose, on peut se tutoyer. Appelle-moi Samantha. Ou Sam' ! T'as le choix !
DUNCAN: Ok.
VIVIAN (en désignant le breau de Jack): Et moi, Vivian. Et ne te fais pas impressionner par Jack. Ok Duncan ?
DUNCAN: D'accord.

Les agents se mirent au travail. Une heure plus tard, Elena débarqua dans la salle de debriefing.

ELENA: Salut !
SAM: Salut.
VIVIAN (à Duncan): Elena Delgado.
DUNCAN: Salut.
ELENA: Bonjour. Elena Delgado.
DUNCAN: Duncan Grant.
ELENA: Bonjour Duncan.

Duncan se mit à rire.

ELENA: On en est où ?
SAM: On quadrille, on quadrille !
VIVIAN: Je vais chercher Jack.
SAM, DUNCAN et ELENA: Ok.

Vivian s'éloigna. Une poignée de secondes plus tard, Jack et elle arrivèrent dans la salle de debriefing.

JACK: Bon, on a combien de chambres froides ?
SAM: Dix-huit.
JACK: Il faudrait qu'on réduise les recherches.
DUNCAN: Vos chambres froides en question, vous êtes sûrs qu'elles sont pas abandonnées ?
SAM: Euh...
DUNCAN: Non parce que je pense qu'ils n'ont pas emmené le gamin dans une qui serait occupée.
JACK: Et ça donne quoi pour les abandonnées ?
DUNCAN: Il m'en reste plus que quatre.
JACK: On a les adresses ?
DUNCAN: Oui, elles sont toutes dans le Queens.
JACK: Parfait, Sam', Elena et Duncan vous allez là-bas. Vivian tu viendras avec moi à quatre heures. On ira avec Rafael et Sylvia au lieu de rencontre. On laissera Rafael remettre l'argent et on interviendra au moment où Esteban prendra le sac. Vous avez tous compris ?
DUNCAN: Oui, sauf que je ne sais pas qui sont Rafael et Sylvia.
SAM: Les parents de Nicky.
DUNCAN: Ok.

Les agents commencèrent de se disperser. Jack rattrapa Elena.

JACK (à Elena): Attends deux minutes.

Ils attendirent que tout les autres soient partis.

JACK: T'as obtenu quelque chose là-bas ou ils se sont tout les deux fermés comme une huître ?
ELENA: Rien.
JACK: Et Danny ? Il l'a pris comment ?
ELENA: Au début, il m'a pas cru et puis après, je crois qu'il s'est mis à pleurer mais il a pas voulu le montrer. Mais j'en suis sûre.
JACK: Ok. Les analyses ?
ELENA: D'après ce que j'ai compris, il va être beaucoup plus fragile.
JACK: Parce que ?
ELENA (en montrant à Jack une ligne des résultats d'analyses): Si tu regardes cette ligne, le nombre qui est marqué par rapport à la normale est beaucoup trop petit. J'ai demandé des explications en langage courant mais j'ai eu droit au langage médical. Du coup j'ai rien compris !
JACK (en observant la ligne): Je comprends que t'aies rien pigé.
ELENA: Pourquoi ? Tu comprends toi ?
JACK: Non. Je me débrouillerai.

Jack et Elena descendirent au parking. Vivian et Samantha expliquaient l'affaire en détails à Duncan.

JACK: Désolé si je vous coupe mais j'ai réfléchis, Duncan tu viens avec Vivian et moi.
DUNCAN: Donc je reste là.
VIVIAN: On va faire la paperasse en attendant.
DUNCAN (en rigolant): Génial, je vais m'installer !

Les agents éclatèrent de rire.

JACK: Oui, tu vas pouvoir t'installer à ton bureau. Mais bien sûr après, tu fais la paperasse et les recherches.
DUNCAN: Ok.
SAM: Bon, donc nous on y va. A plus !
ELENA: Ciao !

Samantha et Elena montèrent dans leur voiture et démarrèrent.

Chambre froide - Queens - 15h30 - Disparu depuis 22h00:

Samantha et Elena arrivèrent après avoir passé leur temps dans les rues de New-York coincées dans les bouchons: elles en étaient sorties à quinze heures mais après elles étaient tombées sur des sens interdits. Elles avaient fait pratiquement tout New-York pour arriver jusque là.. Elles descendirent.

ELENA: Encore heureux que les quatre sont pas trop éloignées !
SAM (en claquant sa portière): C'est clair ! Je supporterai pas de refaire New-York en long, en large et en travers !
ELENA: Et encore c'est pas toi qui conduisait !

Elles avancèrent. Samantha poussa la porte du bâtiment principal et les deux jeunes femmes se séparèrent.

Statten Island - Lieu de rencontre - 16h00 - Disparu depuis 22h30:

Le 4x4 du FBI s'arrêta.

JACK (à Rafael et Sylvia): Bon, Rafael et Sylvia vous allez descendre avec le sac. Vous allez attendre qu'Esteban se montre. Vous parlez avec lui pour essayer de lui faire dire où est Nicky pour éviter que nos agents cherchent pour rien au mauvais endroit. Vous lui remettez le sac et après vous nous laissez faire. C'est compris ?
RAFAEL et SYLVIA: Tout à fait compris.
JACK: Allez y.

Rafael et Sylvia descendirent du véhicule avec le sac contenant l'argent. Jack expliqu le plan d'action à ses collègues.

JACK: Nous on descendra, on se dispersera. On aura une équipe qui interviendra à mon signal.
VIVIAN et DUNCAN: Ok.

Duncan démarra et partit cacher le 4x4 plus loin. Il revint à pied. Rafael et Sylvia attendaient toujours. Il partit se cacher vers Vivian. Au bout de cinq minutes, Esteban arriva dans un golf noir.

JACK (au talkie-walkie): Il arrive. Tenez-vous prêts.
VIVIAN (au talkie-walkie): Bien reçu.

Esteban s'approcha. Rafael, qui avait le sac à la main, s'avança vers lui.

RAFAEL: Cent cinquante mille dollars.
ESTEBAN: Parfait Raffi. Je vais quand même les compter.
RAFAEL: Dis-moi où est mon fils.
ESTEBAN: Je l'ai dit dans l'e-mail. Ou plutôt montré.
RAFAEL: Dans quelle chambre froide espèce d'ordure ?!

Duncan regardait fixement Esteban. Il remarqua qu'il fouillait dans sa poche. Il vit une lame en sortir.

DUNCAN (au talkie-walkie): Jack, il a une arme blanche.
JACK (au talkie-walkie): On peut pas encore intervenir.
DUNCAN (au talkie-walkie): Je vais pas attendre qu'il tue Rafael.
JACK (au talkie-walkie): Reste calme.

Jack avait parlé dans le vide: Duncan était parti.

JACK (au talkie-walkie): Go go go !

Vivian et Jack surgirent de leurs planques. Duncan arriva par derrière.

JACK (son canon pointé sur Esteban): FBI, vous êtes cerné Sanchez, lâchez ce couteau !
ESTEBAN: Je vois Raffi que tu es toujours aussi lâche !
DUNCAN (en s'avançant derrière lui, le revolver braqué devant lui): Lâchez ce couteau !

L'équipe de renfort arriva à son tour. Duncan s'avançait toujours.

DUNCAN (le canon collé sur le dos d'Esteban): Fini de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 5:20

Jack s'avança, toujours en pointant son arme. Duncan passa les menottes à Esteban tandis que Vivian écartait Rafael et Sylvia. Elle les emmena dans le 4x4. Jack récupéra le sac. Son téléphone sonna.

JACK: Malone ?
SAM: C'est moi, on a retrouvé Nicky.
JACK: Il va bien ?
SAM: Il est gelé mais il va bien. On le ramène au bureau.
JACK: Ok.
SAM: Ca s'est bien passé vous ?
JACK: Oui. A tout à l'heure.
SAM: A tout à l'heure.

Jack raccrocha.

Locaux du FBI - Section des personnes portées disparues - 16h30:

Jack, Vivian, Duncan et les parents de Nicky arrivèrent au bureau. Samantha et Elena n'étaient toujours pas là. Jack s'enfonça dans son bureau. Là, il posa l'arme de Martin qu'il avait toujours dans la poche intérieure de son manteau. Il ressortit dans le couloir. Samantha et Elena sortirent de l'ascenseur, accompagnées de Nicky. Le petit garçon se précipita vers ses parents qui l'accueillirent à bras ouverts. Elena regarda avec un sourire ses collègues. Elle partit dans la salle de debriefing pour décrocher la photo de Nicky du tableau blanc. Samantha s'approcha de Jack.

SAM: Tu avais raison.
JACK: A propos de quoi ?
SAM: Je me fais harceler au téléphone.

Jack sourit lorsque le téléphone de la jeune femme se mit à sonner.

SAM: Excuse-moi, encore eux.

Elle s'éloigna. Jack s'avança vers Duncan.

JACK: Pour un nouveau, c'était un peu audacieux de me désobéir.
DUNCAN: Désolé. Mais...
JACK: Tu n'as pas besoin de te justifier.
DUNCAN: D'accord.

Samantha se rapprocha des deux hommes.

SAM (en faisant un clin d'oeil à Jack): Je vais vous laisser, je fais un effort.
JACK: Ok.

Duncan laissa Samantha s'éloigner.

DUNCAN: Je sais que je pose beaucoup de questions mais, c'était quoi cet effort ?
JACK: Elle va aller voir sa soeur. Si tu veux un conseil, évite de lui en parler.
DUNCAN: Elles sont brouillées ?
JACK: Oh oui.
DUNCAN: Je vais encore poser une question, qu'est-il arrivé à l'agent Fitzgerald ?
JACK: Il s'est fait descendre devant moi.

Duncan resta silencieux.

JACK: Je sais, c'est un triste sort.

Jack s'éloigna.

Hôpital Saint Andrews - 17h00:

Samantha passa la porte de la chambre de sa soeur.

SAM: Tu voulais me voir, je suis là.
PATRICIA: Pourquoi tu n'es pas venue plus tôt ?
SAM: J'ai un boulot.
PATRICIA: Tu fais passer ton boulot avant ta famille.
SAM: Je ne pouvais pas laisser mes collègues, on était plus que quatre sur six pendant un moment pour retrouver un gamin qui était dans une chambre froide. T'aurais peut-être voulu que je vienne te voir et que je laisse crever le gosse ?
PATRICIA: Sam' ! J'ai pas dit ça.
SAM: Tu l'as pensé au moins.

Patricia ne répondit pas.

SAM: Bon, qu'est-ce que tu as fait pour être ici ?
PATRICIA: J'ai eu un accident de voiture.
SAM (agressive): C'est juste pour ça que tu as voulu me voir ?!
PATRICIA: Sam !
SAM: Désolée.
PATRICIA: Je voulais te voir. Ca fait si longtemps Sam'.
SAM: Je sais.
PATRICIA: Ca a pas l'air d'aller justement.
SAM: C'est...c'est rien.
PATRICIA: Ca te ferait du bien d'en parler pourtant.
SAM (agressive): Je t'ai dit que c'était rien.

Samantha commençait de bouillir. Elle sortit de la pièce quelques instants pour se calmer. Elle rentra à nouveau.

SAM: Désolée. Sinon, toi ça va à part ton accident ?
PATRICIA: Oui.
SAM: Je...je vais te laisser.
PATRICIA: Je sais que tu ne veux pas me voir Sam'. Il faudra bien que tu m'affrontes un jour.

Samantha ne répondit pas et elle sortit. Elle passa un coup de fil à Elena.

ELENA: Delgado ?
SAM: C'est moi, j'suis à Saint Andrews. Je vais passer voir Danny, tu veux venir ?
ELENA: Non, je vais rentrer à la maison.
SAM: Tu veux que je lui fasse passer quelque chose de ta part ?
ELENA: Non, je lui ai dit tout ce que j'avais à lui dire quand j'y étais.
SAM: Ok. Je vais lui dire qu'on a retrouvé Nicky.
ELENA: Ok. A plus.
SAM: Salut.

Samantha raccrocha. Elle descendit à l'accueil pour qu'on lui indique la chambre de Danny. On l'accompagna. Lorsqu'elle passa la porte, Danny et un médecin discutaient.

SAM: Je dérange peut-être ?
DANNY: Non vas-y, rentre. Je suis en train d'écouter ce que j'ai qui va pas, ou va plus.
SAM: Sans vouloir te vexer, j'ai peur de virer au blanc. Je reviens quand vous avez fini.

Samantha sortit. Le médecin passa la porte quelques minutes après. Elle rentra à nouveau.

SAM: Bon cette fois je devrai pas déranger.
DANNY: En effet. Qu'est-ce qui t'amène ?
SAM (en souriant): On a retrouvé Nicky.
DANNY: Il va bien ?
SAM: Oui, il est chez ton frère.
DANNY: Je suis content qu'il aille bien.
SAM: Et toi ? Ca va ?
DANNY: Oh oui. Je fais aller.
SAM: Tu fais aller ?
DANNY: Rien qu'au bout d'une journée j'en ai marre d'être ici !
SAM: Ouais j'imagine ton calvert. Tu...tu as quoi alors qui va pas, qui va, qui va plus ?
DANNY: J'étais sûr que t'allais me demander ça. Je vais bien mis à part que j'ai une quantité astronomique de globules blancs en moins.
SAM: Explique.
DANNY: Apparemment quand je me suis pris la balle j'avais encore ma rate en un seul morceau. C'est quand je me suis effondré par terre qu'elle a explosé.
SAM: Explosée ?
DANNY: Tu veux un dessin ? Je n'ai plus de rate. Et bien sûr avec ma veine, ça se grèfe pas.
SAM: Ok ok. Je...Je t'annonce aussi qu'on a un nouveau qui remplace Martin.
DANNY: Qui ça ?
SAM: Duncan Grant.
DANNY: Ca fait beaucoup de nouvelles en une journée pour moi.
SAM: Le grand malade va-t-il nous faire une crise cardiaque ?
DANNY: Non, ça ira. J'ai eu assez de malchance pour la journée.
SAM: Sais-tu quand tu pourras sortir ?
DANNY: Je suppose dans quatre ou cinq jours.
SAM: Ok. C'est juste pour mettre Jack au courant.
DANNY: Je me doute.
SAM: Je vais te laisser.
DANNY (en levant son bras qui portait la perfusion): A la prochaine. Je voudrais bien me lever pour te raccompagner mais.
SAM: Ca t'arrange bien ça ! Aller à plus.

Samantha sortit de la pièce et elle envoya un texto à Jack pour lui dire ce qu'elle savait à propos de Danny.

Cimetière - Une semaine plus tard - 15h00:

L'ancienne équipe était presque au complet devant la tombe de Martin: seule Elena manquait à l'appel. Danny s'avança.

DANNY (en ne lâchant pas la tombe du regard): Jack, c'est juste pour savoir. Comment ça s'est passé ?
JACK: Il s'est cassé la figure et il a lâché son revolver. Après on a attendu deux minutes, il a voulu récupérer son flingue, il a fait du bruit et l'autre lui a tiré dessus. Il a voulu me protéger. Si il avait pas fait, ça serait peut-être l'inverse. Il serait à ma place en train de vous expliquer, et moi sous terre.

Samantha leva son regard. Elle s'imagina la même scène "à l'envers". Elle se voyait agenouillée par terre en train de pleurer dans les bras de Martin. Elle chassa ces pensées.

VIVIAN: Je pense qu'on l'oubliera pas de si tôt. Pas vrai ?
DANNY: Je me rappelle très bien les premiers temps où je pouvais pas l'encadrer.
JACK (en regardant Samantha): C'est vrai. Je me souviendrai toujours de lui. Quand il a plongé dans l'eau et qu'il m'a dit qu'il avait appris ça au lycée en classe de natation.
SAM: Ouais, il s'était légèrement mouillé sur ce coup.
JACK: Ca on peut le dire.

Samantha se repassa à nouveau le film de sa relation avec Martin. Elle fut interrompu par l'arrivée d'Elena.

ELENA: Désolé d'être à la bourre. J'ai eu un contre-temps.
JACK: Pas trop grave. Là, on a fait que de repenser aux choses qu'il a bien pu faire avant. Avant que tu sois là aussi.
ELENA: Bon j'ai récupéré la composition mais de peur que vous soyez partis, je l'ai pas sortie. Je reviens.
DANNY (en courant derrière elle): Attends moi !
VIVIAN (bas à Samantha et Jack): Ils sont pas mignons tout les deux ?
JACK (bas en se tournant vers Samantha): Très.

Samantha sourit.

SAM: Effectivement.

Elle se rapprocha de ses collègues. Il attendirent que Danny et Elena reviennent avec la gerbe de fleurs et la plaque en forme de livre. Ils avaient fait gravé dessus: "A notre ami et collègue". Danny déposa la gerbe de fleurs. Les agents restèrent silencieux pendant plus de cinq minutes. Une radio mise en route les coupa. Danny commença de fredonner cet air de musique qui lui rappelait tant son ami.

DANNY: I have seen peace. I have seen pain,
Resting on the shoulders of your name.
Do you see the truth through all their lies?
Do you see the world through troubled eyes?
And if you want to talk about it anymore,
Lie here on the floor and cry on my shoulder,
I'm a friend.


JACK: I have seen birth. I have seen death.
Lived to see a lover's final breath.
Do you see my guilt? Should I feel fright?
Is the fire of hesitation burning bright?
And if you want to talk about it once again,
On you I depend. I'll cry on your shoulder.
You're a friend.


SAM: You and I have been through many things.
I'll hold on to your heart.
I wouldn't cry for anything,
But don't go tearing your life apart.


TOUS: I have seen fear. I have seen faith.
Seen the look of anger on your face.
And if you want to talk about what will be,
Come and sit with me, and cry on my shoulder,
I'm a friend.
And if you want to talk about it anymore,
Lie here on the floor and cry on my shoulder, once again
Cry on my shoulder, I'm a friend.

Ils s'éloignèrent de la tombe et sortirent du cimetière. Danny réfléchissait: Nicky avait fait l'intermédiaire. Le petit garçon avait fait l'objet d'un chantage atroce.

DANNY: Je vous rejoins.

Danny fit demi-tour et retourna sur la tombe de Martin. Il s'agenouilla.

DANNY: Martin, t'es un vrai héros. Je suis désolé de ne pas avoir pu être là le jour où on t'a enterré. Je sais que tu sais pourquoi et que tu ne m'en veux pas. Tu t'es sacrifié pour Jack et pour sauver mon neveu. Je t'en suis sincèrement reconnaissant. Je regrette que tu ne sois pas là aujourd'hui.

Des larmes coulèrent sur les joues de Danny. Il les essuya rapidement.

DANNY (en se relevant): Adieu mon ami.

Danny se réveilla en sursaut. Il s'empressa d'appeler chez Martin même si il était trois heures du matin.

MARTIN (endormi): Allô ?
DANNY: Martin ? Ca va ?
MARTIN: Pourquoi ça irait pas ?
DANNY: Je...Non rien laisse, a tout à l'heure.
MARTIN: C'est ça, à tout à l'heure.

Danny raccrocha. Il resta un long moment pensif puis éteignit la lumière.


THE END
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
danny327
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 31
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Mer 4 Avr - 14:30

J'ai bien aimé ta fic pauvre Martin ouf petit danny est toujours vivant !!!

J'ai juste pas compris le mot de la fin en gras .....c'est un rêve ?

_________________



www.danny327.skyblog.com
www.danny-327.winnerbb.com

Une lettre le début d'une histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.danny-327.winnerbb.com
martin7
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 194
Age : 25
Date d'inscription : 16/12/2006

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Jeu 5 Avr - 2:17

danny327 a écrit:
J'ai bien aimé ta fic pauvre Martin ouf petit danny est toujours vivant !!!

J'ai juste pas compris le mot de la fin en gras .....c'est un rêve ?

oui c'est un rêve (heuresement)!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fan-d-eric-close.bbgraph.com
danny327
modérateur
modérateur
avatar

Nombre de messages : 78
Age : 31
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Jeu 5 Avr - 2:37

Merci Martin7 j'étais pas sure...

_________________



www.danny327.skyblog.com
www.danny-327.winnerbb.com

Une lettre le début d'une histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.danny-327.winnerbb.com
Miss Taylor
petit fan
petit fan
avatar

Nombre de messages : 85
Age : 25
Localisation : France, Loire (42)
Date d'inscription : 01/03/2007

MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   Jeu 5 Avr - 4:00

Vi vi c'est un rêve ! Ce qui est écrit normalement, c'est un rêve (d'où le titre lol). Ce qui est en gras, c'est la réalité.
Mais je suis en train de réfléchir à un épilogue où ça serait pas un rêve, je vous le ferai passer ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanficperso.forumotion.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic - Illusion [Complète]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic - Illusion [Complète]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BLACK HOLE "Victim of Illusion"
» 20th Anniversary Illusion XL - Sportpaleis Antwerp - 14/09
» iLLusion at the beach ( Oostende)
» [Vends] Collection Complète Mylene Farmer
» Vous avez dit illusion d''optique?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
fan d'éric close :: autres :: fan fic-
Sauter vers: